Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 9 Mai - 1:19

Dios mio.. It's you..  Quelle idée. Un compte sur un appli de rencontre. Okay, ça passe. Me faire passer pour un gros débile. Pourquoi pas, mais alors prévoir un rencard avec un garçon que je ne connais pas du tout.. C’est quand même limite.. Je sais pas vraiment comment je dois agir. Je dois vraiment y aller..? Franchement, j’en ai pas la moindre envie.. Mais je pense que je devrais au moins y aller pour prévenir le garçon.. Après tout, il mérite de savoir que C’est Julio qui a fait n’importe quoi sans vraiment me prévenir. Je me vois mal poser un lapin à ce gars, même s’il est un parfait inconnu. Un jour ma gentillesse me tueras.

Bon. Du coup, j’ai pas vraiment fait d’effort pour me préparer du coup. Forcément, c’est pas comme si pour moi c’était un réel  rencard ou quoi. Mais va savoir pourquoi, j’ai quand même fait l’effort de bien coiffer mes cheveux. Puis, j’ai mis de jolis habits. Une t-shirt en bon état, un jean pas trop abîmé par le temps et ma veste favorite. Je me suis vaguement regardé dans la glace. Mouais.. Au pire, qu’est ce que ce peut bien faire ? J’en sais trop rien. C’est pas comme si j’avais spécialement envie de faire bonne impression. Je pousse un soupir, je regarde le message que j’ai reçu de Diego dans l’après midi pour relire l’endroit dans lequel il a convenu que je verrais ce mystérieux garçon. Un endroit ou je ne me suis jamais rendu, quelques chose me dit que je vais avoir du mal à m’y rendre, mais comme Julio m’a dit que le gars serait habillé d’une façon précise, au moins, une fois la bas, j’arriverais à le trouver sans trop de mal normalement..

Je suis sorti de chez moi, à l’aide de mon portable, je me suis rendu jusqu’à ce fameux bar et une fois que j’étais devant. Je me suis commen senti incapable de bouger. Franchement, qu’est ce que j’allais bien pouvoir faire une fois en face de ce gars ? Si j’arrivais plus à parler ? J’aurais vraiment pas envie de rester avec cet inconnu juste parce que je serais incapable de lui dire que c’est un horrible malentendu.. Je passe ma main dans mes cheveux et je finis par m’avancer jusqu’à pousser la porte pour entrer. Bon. Je regarde devant moi, je mâchouille nerveusement ma lèvre et je finis par m’avancer jusqu’à la personne que je devais voir. il était de dos. Je l’ai pas regardé et me suis assis en face de lui sans rien dire. « Euh.. » J’ai commencé par dire avant de relever les yeux pour le regarder. Et au moment ou j’ai posé les yeux sur son visage, c’était comme si j’avais oublié comment parler.. « Enrique..? » C’est tout ce que j’ai réussi à bredouiller avant de m’adosser dans la banquette. Dios mio. J’ai totalement oublié ce que j’avais l’intention de faire en arrivant. Comment le simple fait de poser les yeux sur lui peut me mettre dans un tel état ?
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 9 Mai - 3:16

Dios mio.. It's you..  Son application l'avait encore bipé dans l'après-midi. Un gars avait commencé à lui parlé pour ensuite lui donner rendez-vous chez The King's Head, un bar-discothèque plutôt sympa du Northside dans lequel Enrique avait eut l'occasion à plusieurs reprises de faire la fête. Il ne finissait jamais la soirée seul, privilégiant la drague lorsqu'il arrive à repérer une ouverture chez un mâle. Alors évidemment, il avait accepté l'invitation même si sur la photo, on ne voyait que le torse de son futur partenaire de la soirée. Sachant déjà ce qu'il allait porter, le jeune De Castro avait donné des indices sur les vêtements qu'il mettra afin que l'autre puisse le trouver et venir à lui.

En fouillant dans sa garde-robe, comme aimait si bien dire Rebecca lorsqu'elle était encore en vie, il trouva une belle chemise blanche encore neuve de la marque Only & Sons, un pantalon noir orné d'une ceinture de même couleur. Il demanda l'avis de sa mère comme il avait l'habitude de faire. A force, cette dernière ne lui posait plus vraiment de question quand il se mettait sur son 31. Elle avait l'habitude de voir son fils lui demandait s'il était bien habillé, pour finalement sortir et souvent ne pas rentrer avant le lendemain. Pour la touche final après avoir enfilé ses chaussures, le philippin avait mit une bonne quinzaine de minutes devant la glace pour se coiffer, et quelques minutes de plus le temps de mettre ses lentilles de couleur verte, et du parfum. Enfin, il s'en alla de chez lui après avoir embrassé son petit frère qui allait se coucher.

Vu qu'il prenait la voiture, il ne lui fallu pas plus de cinq minutes pour arriver à destination. Enrique gara la voiture sur le parking avant d'entrer à l'intérieur du The King's Head comme un habitué. Il trouva place à une table, patientant en jouant au jeu d'Harry Potter sur son portable jusqu'à ce qu'enfin, la personne attendu débarque. Quand le brun éteignit son portable, le rangeant dans sa poche et qu'il releva le regard en entendant prononcé son nom, ce fut le choque. Enfin, pas vraiment. Mais il bugait devant lui sans rien dire pendant un instant alors qu'il sentait les palpitations de son coeur s'accélérer accompagné de la pression que lui donnait cette situation inattendue. « Javier... » finit-il par prononcer un peu perdu avant de se rattraper et de lui demander « T'es à Riverdale depuis quand ? ». Lui, il n'avait pas oublié pourquoi il était venu ici, mais revoir son amour de vacances dont il n'avait plus eu de nouvelles en partant, ça le mettait dans tous ses états. Ses yeux pétillaient déjà à la simple vue du visage de Javier, de ses yeux, de sa cicatrice sur la joue, et bien qu'il avait pu visiter plus loin pendant leurs vacances, son point faible sont toujours les yeux du latino. Enrique ne se gênait pas pour se rincer les yeux.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 9 Mai - 3:43

Dios mio.. It's you..  Je sais pas du tout comment je dois réagir.. Il est là, juste en face de moi alors que je pensais que je ne reverrais jamais. Mais je suis content de le voir en face de moi. J’ai senti mon coeur s’emballer à la seconde même ou mes yeux se sont posés sur son beau visage, sur ces beaux yeux. Je mordille légèrement ma lèvre inférieure. Je sais pas trop comment je dois réagir.. J’imagine que le fait que ce soit quelqu’un que je connais, ça pourrait m’encourager à rester mais.. Et s’il se faisait des idée ? Et si.. Oh mon dieu s’il pensait pouvoir conclure ou quelque chose comme ça ? Le simple fait d’y penser, ça me fout le feu aux joues. C’est tellement gênant.. Le pauvre, je voudrais pas qu’il se fasses des idées.. Je me suis redressé légèrement et me suis appuyé contre la table et j’ai regardé un peu partout sauf vers lui. Je me sens tellement gêné. « Je suis pas ici depuis très longtemps, quelques semaines à peine.. » Je lui ai dit, et j’ai parlé espagnol comme lorsqu’on était chez moi au mexique. Parce que je crois pas être assez doué en Anglais pour pouvoir parler dans cette langue, mais peut être qu’un jour je pourrais y arriver. J’apprends petit à petit après tout. « Je pensais pas te revoir ici. » Je lui dis en souriant légèrement. Après qu’il soit rentré chez lui et qu’on ne soit plus vraiment donné de nouvelle, je pensais pas qu’il reviendrait dans ma vie. Que c’était juste l’histoire d’un été. Et pourtant il est juste en face de moi.

Je me suis raclé la gorge et je me suis mis à passer le bout de mon index sur la table, comme si je dessinais dessus. Je me sentais nerveux, alors il fallait que je me concentrer sur quelque chose pour pouvoir lui dire quelque chose de clair, net et précis. Mais sans pour autant être méchant.. Il fallait juste qu’il sache que.. Ouais.. C’est pas avec moi qu’il a parlé.. « Euh.. Ce rencard.. Enfin..? C’en ai un..? Je crois.. » Je ris nerveusement, et je passe ma main dans mes cheveux « C’est pas avec moi que tu as convenu de ça.. » Je pousse un petit soupir et je fais la moue, ça doit être tellement bizarre de lui dire ça comme ça. « En fait, j’ai un ami, c’est lui qui a fait ce compte pour moi, c’est même ses abdos qu’il a pris en photo et.. Il m’as dit que j’avais rendez vous avec quelqu’un, toi, du coup.. Et.. Je voulais juste te prévenir que.. eh bien.. C’est un pote un peu lourd qui m’a dit avoir fait ça pour mon bien.. » Va savoir pourquoi, j’ai pas le coeur de lui dire qu’il ne se passera rien, non pas que j’ai envie qu’il se passe quelque chose, mais.. C’est Enrique, c’est pas n’importe qui.. Alors peut être que ça serait cool de passer un peu de temps avec lui. « Enfin.. Du coup.. Je sais pas si tu avais une idée derrière la tête en venant ici mais.. Ne t’attends pas à grand chose.. » Je suis toujours le garçon timide qu’il y a deux ans.. Je pourrais jamais être aussi.. Aussi cool que lui.. « Désolé de te faire perdre ton temps.. » Je baisse les yeux, je me sens tellement ridicule. Si ça se trouve il va vouloir que je m’en aille, je le comprendrais, il doit pas rechercher un type comme moi..

N’empêche, il a une drôle de façon de me regarder, c’est un peu comme si je me retrouvais face à un type qui voulait me bouffer tout cru, et franchement, si j’étais pas persuadé qu’Enrique n’était pas cannibale, je serais juste tellement flippé. Puis le pire, c’est qu’à chaque fois que je relève les yeux vers lui, il me regarde encore, et ça me fait des chatouilles dans le bide, c’est horrible.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 9 Mai - 5:02

Dios mio.. It's you..  Honnêtement, Enrique ne lâchait plus Javier du regard. Ça faisait quoi... Deux ans qu'ils ne s'étaient pas vu ? C'était bien ça. Il ne savait pas trop comment réagir avec lui, mais une chose était certaine : ses plans pour ce soir avaient changés. Il avait l'habitude des coups d'un soir depuis quelques temps parce que ça lui faisait du bien, qu'il aimait ça. Pas qu'il était satyriasis, mais comme beaucoup, il adorait ça. Sauf que là, en face de lui, c'était Javier. Il valait mieux que les autres mecs, parce qu'il avait su le faire succomber à son charme sans le savoir au début pendant les grandes vacances deux ans plus tôt. Enrique avait fini par lui faire la cour, le séduire, et ce, jusqu'à ce qu'il y arrive et sorte avec lui. Il regrettait de ne pas lui avoir donné son Skype avant de partir. Ils auraient pu rester en contact. Mais pensant quelques mois après que son amour d'été l'avait oublié et qu'ils ne se reverront jamais, le jeune De Castro avait commencé à enchaîné les coups d'un soir à New-York avec des hommes plus vieux que lui. Inconsciemment, il s'était lui aussi légèrement penché au dessus de la table, son regard plongé dans celui du latino lorsque celui-là posait une fois sur cinq son regard sur lui. « J'pensais pas te revoir non plus... » Il se retenait de lui dire qu'il lui avait manqué. C'était vraiment le cas.

« Je crois bien que c'est un rencard... pour moi s'en est un... enfin... pour toi c'est un rencard ? ... Si tu veux pas que s'en soit un, on peut changer le nom de "rencard" avec ce que tu veux... Si t'es inspiré... » Son interlocuteur avait l'air assez nerveux sur le moment, tandis qu'Enrique, lui, était trop absorbé par sa contemplation qu'il disait pratiquement n'importe quoi. Son cœur se serrait un peu à l'idée de paraître ridicule devant lui. Il avait beau bien être habillé et être sur son 31, il perdait de sa crédibilité devant ce beau jeune homme qui le mettait dans tous ses états au point de le rendre fou. Puis... « Quoi ? » Comment ça ce n'était pas avec lui qu'il avait convenu ça ? Il était devant lui comme prévu, non ? Le jeune homme ne comprenait pas où Javier voulait en venir. Les deux parlaient en espagnol. Du moins, Enrique qui prenait des cours d'espagnol par correspondance faisait de son mieux pour ne pas lui dire n'importe quoi. Et en écoutant les explications de son interlocuteur, il fini par éclater de rire en lâchant « Je pense que tu devrais remercier ton ami de ma part. Sans lui, tu ne m'aurais pas trouvé ». Il écoutait encore le latino parler. Enrique était attentif à ses paroles. A chaque mots qu'il disait. Lorsqu'il terminait par des excuses, le philippin posa sa main sur celle du jeune homme posée sur la table. Il la serra en la caressant doucement. Sans s'en rendre compte, il faisait de se mordre la lèvre inférieur, le regard hypnotisé par la présence du jeune Sanchez. « Pour être honnête, j'avais une idée derrière la tête en arrivant ici. Mais mes plans ont changés pour ce soir parce que c'est toi. » et aussi parce que contrairement aux autres, pour lui, Javier en valait la peine. Il lui faisait toujours autant d'effets qu'il y a deux ans.

« Sinon... » fit-il soudainement. Une question lui vint sur le moment, et mieux valait la poser avec qu'il ne l'oublie. « Tu es aussi à Riverdale High ? » si c'était le cas, il pourrait chercher où il se trouve au lycée et peut-être passer du temps avec lui. Ou tout simplement pour l'observer de loin. C'était à voir !
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 9 Mai - 5:26

Dios mio.. It's you..  Oui, forcément, lui non plus ne s’y attendait pas. Je me tâte à lui dire qu’il m’a manqué, que j’aurais aimé qu’on reste en contact à l’époque. Peut être que ça serait étrange que je lui dise une chose pareille.. Mais c’est vraiment le cas, mais je préfère m’abstenir pour le moment, je lui dirais si jamais je trouve le moment propice, je verrais bien. J’ai fini par lui expliquer la situation. Je me sentais bête de lui dire ça, puis j’imagine bien qu’il serait déçu par ça.. Après tout.. Il devait certainement espérer avoir un réel rencard avec je ne sais trop quel garçon. « Oh.. Et bien.. Je lui dirais merci alors. » J’ai fini par dire simplement avant de sourire lorsque je sentais sa main sur la mienne. Le simple contact de sa peau sur la mienne, ça a été une véritable décharge électrique. Tellement agréable que j’en ai frémi. Ca me rappelle la première fois que j’ai senti ses doigts sur ma peau. J’adore. Et je me souviens à quel point je pouvais adoré qu’il me touche la main de cette façon. Qu’elle me caresse la main, la joue, ou je ne sais qu’elle partie de mon corps -hors zone olé olé, vu qu’il n’y a jamais touché-.

J’ai hoché la tête quand il m’a dit qu’en effet, il avait eu une idée derrière la tête. Et j’imagine que c’est vraiment ça, il se cherchait un garçon facile pour se détendre. Je me demande ce que ça fait de faire ce genre de chose. Coucher avec un garçon. Forcément, j’ai jamais fait ça. Mais je me dis que ça doit être super agréable. Et j’avoue qu’en pensant ça, j’imagine des choses certainement très déplacée incluant, mon lit, moi même et Enrique. Et bien sûr, cette vision exclut totalement les vêtements. Est ce qu’avoir ce genre de pensées fait de moi quelqu’un de bizarre ? « Et.. Je t’avoue que de base je venais juste pour te prévenir que je repartirais aussitôt mais.. » Je mordille légèrement ma lèvre inférieure, je regarde Enrique. J’avais oublié à quel point les lentilles de couleurs lui allaient bien, à quel point point son regard était hypnotisant. « Pour toi je serais près à faire l’effort de rester ici.. » Ca me ferait culpabiliser de savoir qu’il se serait préparé pour rien quoi. Alors autant que je reste un peu avec lui. Même si je fais vraiment tâche à côté de lui.. Il est tellement beau, tellement classe et moi.. Je suis tellement moi.. « Pour qu’on profite un peu de ce rencard.. » Parce que oui, je veux bien que ça en soit un, après tout, on s’est pas côtoyé très longtemps, alors on a pas vraiment eu de rencard.. « Qu’est ce que tu deviens depuis la dernière fois ? » Je lui demande un sourire sur les lèvres, j’ai vraiment envie de savoir ce qu’il s’est passé dans sa vie depuis qu’on s’est vus il y a deux ans. « Tu m’as manqué.. J'étais un peu triste qu’on ai pas gardé contact.. Quand t’es parti sans me laisser de moyen de te contacter, j’ai un peu eu l’impression que ça valait rien.. Qu’aussitôt chez toi tu m’aurais oublié.. » Un peu comme si ça n’avait été qu’un jeu pour lui, qu’il avait voulu tester ses charmes qui sans doute, font effet sur n’importe quel garçon. « Je dois dire que.. Tu es toujours aussi beau.. » J’ai fini par lui murmurer doucement, timide, j’avoue que j’ai rougis à peine les mots étaient sortis de ma bouche, pourtant, je lui avais déjà dit qu’il était beau, mais c’était il y a deux ans, quand on était ensembles.. Là, on est juste… On est juste quoi ? Deux exs qui se retrouvent ..?
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 9 Mai - 9:41

Dios mio.. It's you..  Pour Enrique, il y avait deux catégories de personnes : ceux qui n'en valaient pas la peine parce qu'ils n'attirent pas son attention ou ne sont là qu'un soir pour ne plus le revoir le lendemain, et ceux qui en valaient vraiment la peine, le prenant au sérieux et que lui-même prend très au sérieux. Que ce soit en amitié ou en amour, c'était la même chose. Tout dépendait des affinités, si le courant passait bien. Javier faisait parti de ceux qui en valaient la peine. En deux ans, Enrique ne l'avait pas oublié. Il était sorti avec d'autres garçons, sauf que ce n'était pas aussi intense qu'avec le mexicain. Ouai, lui, il était différent. Il n'y avait pas besoin de coucher avec lui pour ressentir des sensations intenses. Peut-être parce qu'il n'est jamais vraiment tombé amoureux de quelqu'un d'autre que lui en deux ans et qu'il avait finit par enchaîner les coups d'un soir pour éviter de se caser avec quelqu'un où le quotidien ne serait ni stimulant, ni intense. Enrique ne regardait personne d'autre comme ça. Il n'y avait que sur Javier que son regard s'adoucissait réellement, ses yeux pétillants à la vue du mexicain, sa pupille noir devant plus épaisse, preuve que son interlocuteur assit en face lui faisait toujours cet effet de dingue ! Quand le philippin avait posé sa main sur celle du brun, une décharge électrique lui avait donné une sensation agréable à partir de la main. La peau du jeune homme était douce, moins douce que la peau d'une fille, mais pour Enrique, la peau de Javier était agréable au touché. Lui aussi, il avait des pensées déplacés, sur son lit, Javier en dessous de lui, et lui-même prenant les devant tout en douceur. En prenant tout son temps pour le titiller. A cette idée, il commençait à avoir un peu chaud. Cependant, il n'allait pas lui sauter dessus dès le premier soir. Enrique était peut-être un chaud lapin, mais pour Javier, il se devait de prendre son temps. Il le connaissait déjà, il savait qu'il n'était pas un homme facile, et c'était ça qui lui plaisait chez lui. Enfin, cette partie de lui faisait partie des nombreuses choses qu'il appréciait chez le jeune homme.

« Sauf que comme moi, dès que tu m'as vu tes plans ont changés » Enrique s'était permit de terminer la phrase de Javier avec ses propres mots. Sa main qui caressait celle de son ex... enfin... il peut l'appeler ex ? Parce qu'en plus, il ressentait toujours la même chose. Mais bon, pour l'instant, c'est sans aucun doute des retrouvailles non prévues entre deux ex-petits amis. Il n'avait pu s'empêcher d'avoir ce sourire béat en entendant le brun lui dire qu'il pouvait faire l'effort de rester pour lui. Cette phrase avait eut le don de faire légèrement bondir son cœur qui battait de lui belle. Ses palpitations devaient sûrement se faire sentir au niveau de ses poignets, de son cou. Automatiquement, tout en écoutant le beau gosse lui parler, il glissa sa main sur la joue de ce dernier qui frôlait en premier temps avant de commencer à le caresser doucement, traçant entre deux du bout des doigts la cicatrice qu'il avait sur la joue. « Un rencard tu dis ? » avait-il dit tout en le dévorant du regard. Il aimait ce terme, et surtout si ce soir-là, c'était Javier qui lui disait qu'ils étaient tous les deux en rencard dès leurs retrouvailles. Ce qu'il devenait depuis la dernière fois ? Enrique laissa tomber sa main, ne quittant cependant pas Javier du regard. « Depuis la dernière fois, quand on est revenu de vacances, quelques jours plus tard, Rebecca a eut un accident alors qu'elle traversait un passage piéton. Un abruti à grillé le rouge en traçant et ma soeur était là. » Il se pinçait les lèvres pour se contenir et paraître fort devant lui. Il n'était pas venu pour pleurer, mais parce qu'il s'agissait de Javier, Enrique pouvait se permettre de se confier. « Elle était dans le coma pendant deux ans. Les médecins la maintenaient en vie à l'hôpital, sauf que son cœur à lâché il y a quatre mois. Et un mois après son enterrement, on a emménagé ici, à Riverdale. » Et on pouvait compter sur lui pour l'année prochaine, pour rendre visite devant la tombe de sa petite soeur. Il aimait trop Rebecca. Elle était sa Bonnie, et il était son Clyde. Bien sûr, ils n'étaient pas consanguin, mais l'alchimie entre eux, c'était quelque chose de dingue. « Et toi, tu deviens quoi ? » Puis quand Javier lui avoua qu'il lui avait manqué, le cœur d'Enrique se serra un peu, alors que sa main récupéra celle du brun. « Tu m'as aussi vraiment manqué Javier... Je me suis rendu compte que trop tard que je ne t'avais pas donné un moyen de me contacter. Je prévoyais de te donner mon Skype pour qu'on reste en contacte, mais je n'y avais pas pensé sur le coup... Je pensais que tu allais m'oublié, que pour toi je ne serai qu'un amour éphémère de tes vacances d'été.. Je ne t'ai pas oublié.. » Il n'allait pas lui dire le fait qu'il soit le seul garçon à l'avoir réellement marqué. Ce serait lui dire qu'il l'avait dans la poche depuis leurs seize ans. Il frémit en entendant le beau mexicain lui dire qu'il était beau. Ça faisait deux ans qu'il lui avait dit. Ça lui faisait toujours cet effet lorsque ça venait de Javier. D'autres lui avaient déjà dit, sauf qu'il aurait à chaque fois préféré se trouver au Mexique avec lui pour l'entendre le dire encore et encore. « Javier.. Toi, tu es toujours aussi magnifique. Tu n'as pas besoin de faire d'efforts pour être parfait ! » Il se mordait encore la lèvre inférieur. Son interlocuteur n'avait peut-être pas entendu sa question, alors il la reposa. « Tu es à Riverdale High toi aussi ? » demanda-t-il en caressant encore de son pouce la main du mexicain. Dans sa tête, Enrique voyait leurs retrouvailles comme un coup du destin, et non comme un hasard. Pour lui, il n'y avait pas de hasard. Pour lui, ils étaient faits pour que leurs chemins de croisent à nouveau.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 9 Mai - 19:14

Dios mio.. It's you..  Je souris et hoche la tête. C’est totalement ça, à la seconde ou j’ai posé les yeux sur lui, j’ai décidé que j’allais peut être pas rentrer directement, le seul truc qui m’a fait envie, c’est rester avec lui. Discuter, prendre quelques nouvelles, savoir comment il allait.. S’il avait pensé à moi ces derniers temps comme ça avait été mon cas. J’ai fini par mêler mes doigts avec les sien comme j’avais pris l’habitude de le faire pendant deux mois. J’avais toujours aimé ce genre de contact, à partir du moment ou il avait réussi à me séduire, j’ai toujours aimé qu’il me tienne la main pour montrer que j’étais à lui. Qu’on était pas simplement deux amis qui se voyaient à la plage ou je ne sais trop ou. Je crois qu’à partir du moment ou il m’avait séduit, j’étais totalement à lui, et je le sais qu’il aurait juste un mot à me dire pour que tout redevienne comme avant..

Quand je l’ai senti qui glissait sa main sa main sur ma joue, j’ai instinctivement fermé les yeux et me suis très légèrement frotté contre sa main. C’est un peu un geste qu’un chat aurait pu avoir quand tu lui coline la tête, sauf que je suis pas aussi poilu que l’un de ses animaux, et que je suis pas un chat, en fait. J’ai ouvert les yeux pour regarder le philippin en face de moi quand il a parlé. « Mh.. Oui.. Enfin sauf si tu veux pas.. » C’est totalement possible après tout.. Même si je pense pas que ce soit ça, enfin.. Quand même un peu.. Peut être qu’à partir du moment ou il m’a vu il avait juste envie de me voir en tant qu’amis.. C’est vrai, ça fait deux ans, je peux pas trop me voiler la face. « Ca peut très bien juste être une sortie entre amis.. » Je lui impose rien, ça a jamais été mon genre de faire ce genre de chose. Je suis même plutôt surpris que ça vienne de moi, que ça soit moi qui lui ai dit que pour moi ça pouvait en être un..

Je me suis légèrement redressé quand il a commencé à me parler. Je me suis accoudé contre la table et l’ai regardé avec attention.. J’avoue que j’ai un peu tapé une fixette sur ses lèvres. Depuis le temps, c’est comme si j’avais oublié à quel point elles avaient pu me faire envie.. A quel point j’avais pu aimer les embrasser.. Mais j’ai jamais oublié la sensation que ça pouvait me procurer, ni à quel point il embrassait bien. Certainement dix mills fois mieux que moi.. Enfin, j’étais quand même assez concentré pour suivre ce qu’il était en train de dire hein ! Je l’écoutais avec le plus d’attention du monde. Et ça m’a fait mal au coeur de l’entendre dire une chose pareille.. « Je suis tellement désolé.. » Je baise les yeux, je sais pas vraiment quoi dire de plus.. Je sais pas ce que ça fait de perdre quelqu’un de si proche, ça doit être quelque chose d’horrible. Je me suis pincé les lèvres avant de relever les yeux vers lui quand il me retournait la question. « Mh.. » Ce que je deviens.. Il veut savoir ce qu’il m’est arrivé depuis la dernière fois ? Je peux pas ne pas parler de lui, mon beau-père. « J’ai un beau père horrible. » Rien que de parler de lui, je pourrais dire que j’ai mal à l’épaule sur laquelle il m’a mis un coup ce matin parce que j’ai refusé de changer la chaîne de la télé pour lui. J’ai passé ma main sur la fameuse zone, et j’ai eu un peu mal, je pense que je m’étais retrouvé avec un hématome.. « Depuis qu’il s’est marié avec ma mère il la prend pour sa bonniche.. Et je sais qu’il me déteste. » Depuis que je l’ai poussé sans le vouloir dans les escalier.. Je pousse un soupir et heureusement pour moi, le sujet change assez vite, j’ai certainement pas envie de parler de lui.

Je lui ai parlé de mon ressenti sur notre séparation imposée.. A vrai dire, pendant un temps je lui en ai voulu de ne même pas essayer de m’envoyer une lettre vu qu’il avait mon adresse, mais maintenant je comprends, après tout. Avec sa soeur à l’hôpital, il avait mieux à faire que d’envoyer du courrier à un garçon qu’il avait côtoyé à peine deux mois. « T’as été mon premier amour, c’est pas rien. » Autant qu’il le sache, avant lui, jamais j’étais tombé amoureux, et après, même s’il m’est arrivé de sortir avec une fille au deux, mais franchement, ça n’avait rien à voir.. Même toute réunies, elle ne sont pas arrivé au niveau d’Enrique.. J’ai jamais ressenti ce que j’ai ressenti pendant les deux mois ou j’étais avec lui. « J’aurais jamais pu t’oublier.. Et j’ai jamais réussi à revivre ce qu’on avait. » Personne n’est capable de me faire frémir comme lui le fait, personne ne sait me parler comme lui, personne n’a réussi à me donner envie de passer autant de temps que j’ai pu passer avec Enrique. « Pour moi.. Notre relation ça valait vraiment quelque chose. » Autant qu’il le sache, non ? Personne ne m’a fait vibrer comme Enrique l’a fait, et c’est ce que j’ai toujours recherché.. Mais tout les gens ne sont pas lui. Quand il m’a dit que j’étais magnifique, j’ai pas pu m'empêcher de rire nerveusement, ça me fait toujours le même effet, je suis tellement pas habitué à ça.. Après tout, à par lui, et peut être ma mère, personne m’a jamais vraiment dit une chose pareille. Et le fait que ça vienne de lui, c’est quand même un sacré compliment.. « Merci.. » C’est quand même la moindre des choses de le remercier pour ce compliment non ? Puis surtout qu’il me dit que même sans le moindre effort, je le suis. J’en suis pas persuadé.. Je suis pas convaincu de la tête que j’aurais avec une barbe de trois jours et les cheveux en bataille.

Quand il m’a demandé si j’étais à Riverdale High, j’ai lentement hocher la tête. A vrai dire, je n’aimais pas en parler, je ne me sentais pas à ma place, mais comme il insistant, je ne pouvais pas jouer au sourd plus longtemps. « J’aime pas ce lycée. » Entre les crétins qui se moquent de moi parce que je suis pauvre, ceux qui se moquent de ma façon de parler et ceux qui m’insulte parce que je viens du southside. Autant dire que ma vie la bas n’est pas des plus attrayante.. « Mais je suis forcé d’y aller, c’est le seul ici, j’ai entendu dire que celui ou j’aurais du être avait fermé parce qu’un mec faisait de la drogue dans le sous sol.. » Ce qui donne une assez mauvaise réputation pour le fameux lycée quand même.. J’ai poussé un soupir et j’ai regardé une serveuse qui s’approchait de nous. Je l’ai observé plusieurs secondes. J’avais bien envie de me commander à boire, mais tout ce qu’ils avaient ici devait être au dessus de mes moyens. Je me suis légèrement penché vers l’avant, je n’ai pas quitté Enrique des yeux, sérieux, je devais être tout heart eyes emoji dans l’immédiat. Peut être que je devrais vraiment remercier Julio pour cette idée stupide qu’il a eu. Même si à vrai dire, j’aurais tout à fait pu recroiser cet homme de tout beauté au lycée..
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Jeu 10 Mai - 5:04

Dios mio.. It's you..  Bien sûr qu'il voulait que ça le soit. Un rencard. Ils ne sortaient plus ensemble depuis deux ans.. ou peut-être que si.. ils n'avaient jamais rompu de vive voix. Enrique avait tenté d'oublier son amour d'été ces deux dernières années. En vain. Il n'avait pas réussi à trouver une personne qui attisait sa flamme comme le faisait le mexicain. Et puis si s'était rendu à l'évidence : plus il essayait d'oublier, plus il pensait à lui. Mais dans tous les cas, il pensait encore à lui. Jusqu'à aujourd'hui, il avait enchaîné les plans d'un soir, refuser les sentiments d'un garçon parce qu'autant le dire, il n'avait aucune attache. Ses parents s'étaient habitués à le voir sortir le soir, et ne pas rentrer avant le lendemain.

« Je le veux. » avait-il dit brusquement. Il n'avait pas envie qu'avec lui, ce ne soit qu'une soirée entre amis. Non. Il voulait un rencard et à nouveau lui faire la cour en douceur, prendre du temps avec lui de manière innocente. Profiter du fait qu'ils se retrouvent tous les deux. « Je veux que ce soit un rencard. Un rencard avec toi. » Sur l'instant présent, le brun devait ressembler au chat potté dans Shrek tellement son regard s'était adoucit, ses pupilles gonflés derrière ses lentilles de couleur verte. Ouai. C'était l'image de ce à quoi ses yeux ressemblaient lorsqu'il regardait son interlocuteur.

Durant ses explications dans lesquelles le jeune homme racontait ce qui était arrivé à sa petite soeur, il avait bien vu où le regard de Javier virait. Alors il avait fait exprès de s'humidifier les lèvres devant lui pour légèrement le chercher. Et puis, ce fut à son tour d'écouter. « Ton beau père te frappe ? » avait-il demandé, les sourcils froncés, en observant le latino poser sa main libre quelque part. Enrique qui lâchait la seconde main de Javier serrait les points en se demandant bien qui était ce fameux beau père. Une chose était certain, que, s'il faisait du mal à Javier, le philippin ne devrait pas le croiser dans Riverdale au risque de lui sauter dessus et de bien lui casser la gueule. On ne fait pas du mal gratuitement aux gens. Encore moins à Javier et sa famille. « Pourquoi ta mère ne divorce pas de cet enflure ? » lâcha-t-il. Ses parents pourraient prêter la chambre d'amis à la famille Sanchez, Javier pourrait dormir dans sa chambre, avec lui. Sans arrières pensées évidemment.. enfin.. si jamais il veut quelques pensées déplacées.. pourquoi pas ? Mais bon, il n'allait pas lui proposer parce qu'il savait que ce n'était pas la bonne chose à faire pour le moment. « Encore un de ces machos qui se croient tout puissant et qui usent de leurs forces pour plier une femme à se soumettre. On est plus au moyen-âge. » Mais le sujet à rapidement changé. C'était peut-être mieux. Ils étaient là pour profiter de la soirée après tout.

Enrique avait récupéré la main de Javier. Autant le dire, il n'avait pas très envie de le lâcher. Un peu comme s'il avait besoin de montrer son territoire aux autres clients de The King's Head. En fait, c'était totalement ça. Et tout comme bon gentleman, il appela une serveuse pour commander deux boissons pas trop alcoolisées avant de faire à nouveau face au brun qu'il dévorait à chaque fois du regard. Et ça, il ne s'en lassait pas du tout. Il était bien ravi de revoir ce visage et de sentir sa peau entre ses doigts. Doigts qu'il entrecroisa avec les siens. La séparation par la table était une torture pour lui. Encore pire lorsqu'il entendait le latino lui dire qu'il était son premier amour. Que lui non plus, n'a jamais oublié. Que leur relation valait la peine. Le cœur du philippin s'emballait complètement, entre battement fort et rapide, ses petits sauts qui lui réchauffait l'organe vital. Les paroles de Javier avaient énormément d'impact sur lui. La beauté du jeune Sanchez lui laissait le souffle coupé. Et la distance imposée par la table le rendait dingue. Sans prévenir, il se leva, contourna la table et s'installa à côté du mexicain, désormais proche de lui. C'était mieux comme ça. Un grand sourire dessinait le visage d'Enrique, content d'avoir stoppé cette distance qui lui torturait. « Je préfère comme ça, pas toi ? » Bon. Ok. Il avait un sourire béat devant le brun. Ses yeux pétillants ajoutant une touche adorable sur son regard envers Javier. Et ses joues rougissaient légèrement. « Moi non plus, je n'ai jamais réussi à revivre ce que je ressens pour toi. J'ai essayé pourtant. Sauf que.. j'y arrivais pas. »

« Pourtant, je suis content d'être dans ce lycée. » disait-il en se collant un petit peu à Javier. « Bon. D'accord, il y a certain cas qui sont vraiment con envers le Southside. Mais.. enfait.. tu devrais être content de me voir non ? On s'est pas encore croisé.. » il sembla réfléchir un instant, avant de continuer « Quoique durant les pauses, je ne reste jamais à l'intérieur de Riverdale High. Sauf pour l'infirmerie. Ouai. Je fais toujours des chutes de tensions. Comme avant. » ça, ça n'avait pas changé. Son métabolisme n'était pas assez fort et les anémies et chutes de tensions débarquaient à l'improviste n'importe quand. Heureusement, ce n'était pas tous les jours. « Ouai j'en ai entendu parlé de cette histoire de drogue dans le sous-sol de Southside High. C'est vraiment pas cool du tout ça. »


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Jeu 10 Mai - 18:18

Dios mio.. It's you..  Il veut que ce soit un rencard. Okay. Okay. Maintenant j’ai juste à assimiler ça. Il veut qu’on ai un rencard. Woah. Je me sens tout joyeux, il a simplement eu à me dire ça et c’est bon, ça a fait ma journée et j’oublie que de base, pour moi c’était une bonne grosse journée de merde. Maintenant, je me sens bien et je crève d’envie de profiter de ce moment avec lui. J’adresse un large sourire au garçon en face de moi et.. J’avoue que ce sourire disparaît immédiatement quand il me pose LA question. “Ton beau père te frappe ?” Je veux pas mentir à Enrique mais.. J’ai baissé les yeux pour regarder ma main que je remuais nerveusement et j’ai nerveusement tiré la manche de mon t-shirt comme pour cacher la marque qui n’était déjà pas visible parce que caché derrière cette dite manche. J’ai fini par hausser les épaules pour lui répondre. Un moyen de ne rien dire. Comme ça je ne lui mens pas, mais je ne lui dit pas directement. « Elle veut pas.. Je crois qu’elle l’aime puis.. Il nous a sorti de la misère. » Enrique le sait, on est très pauvre. Avec ma mère on avait du mal à joindre les deux bouts parfois et j’étais obligé de voler pour qu’on puisse assez se nourrir. Là au moins, on a un vrai appartement avec assez de chambre pour tout le monde, puis, il nous paye de quoi manger à tous les repas, alors même si je déteste ce type, je dois faire avec comme ma mère me l’a dit, et ne plus m’interposer, surtout. « Si elle divorce on aura plus d’endroit où vivre.. » C’est aussi sûrement pour ça qu’elle reste avec lui, parce que sinon eh bien.. On se retrouvera à la rue. « Il est raciste aussi si tu veux savoir. » Alors ça aide pas non plus.. Il ne se gêne pas pour nous critiquer parce qu’on est pas aussi blanc que lui, ou parce que je ne parle pas Anglais couramment, ou simplement parce que j’ai un accent prononcé.

J’ai souri quand il nous a commandé à boire, j’avoue que je me sentais un peu gêné qu’il paye pour moi, mais ça serait impoli de refuser ça, alors je me suis contenté de lui sourire gentiment et je lui ai avoué qu’il était le premier de qui j’étais tombé amoureux. C’était presque sorti tout seul, j’aurais jamais pensé être capable de lui dire une chose pareille aussi facilement, et pourtant.. Cet annonce avait battre au point que j’avais peur qu’il éclate mes côtes pour se projeter au visage d’Enrique quoi. Ou alors qu’il arrête de battre et que je crève juste devant lui. En fait, dans les deux cas je serais mort, mais un des deux cas serait bien plus gore que l’autre.
Pourquoi je pense à ça déjà ? Des fois je me demande comment mon cerveau peut imaginer ce genre de choses et.. Woah. Je suis revenu à moi quand j’ai senti Enrique s’installer à côté de moi. Je m’y attendais pas à ce qu’il fasse ça. J’ai doucement hocher la tête et j’ai tenté de lui répondre quelque chose, mais tout ce qui est sorti de ma bouche c’est un bredouillage sans le moindre sens. J’ai posé ma main sur ma bouche pour arrêter de parler le plus rapidement possible et arrêter de me ridiculiser. J’ai relevé les yeux vers lui quand il m’a dit qu’il avait jamais plus ressenti ce qu’il avait eu avec moi. Franchement.. Il cherche à m’achever ? J’ai le coeur qui bat à dix mille à l’heure. Il devrait pas pouvoir me mettre dans un tel état et pourtant, j’ai l’impression que j’vais crever, c’est pas possible. J’ai pris la main d’Enrique et l’ai appuyé contre mon torse pour qu’il sente mon coeur qui battait, pour qu’il sache comme il s'emballe maintenant qu’il était tout proche, qu’il venait de me dire une chose pareille.

Je le laisse se coller contre moi comme il le souhaite alors que je ne le quitte plus des yeux. Je crois que je suis quasiment incapable d'écouter ce qu’il dit tellement je suis en transe totale.. Je crois que mêmes i mon corps est là, mon esprit il s’est perdu dans le regard d’Enrique.. Je me laisse bercer par sa voix et c’est presque sans le réaliser que je lui sort un : « Je crois que je t’aime. » Tout droit sorti du coeur et certainement pas contrôlé. J’ai poser mes deux mains devant ma bouche en écarquillant les yeux. Merde. Merde. Merde. Comment je fais pour rattraper ça au juste ? « Enfin je.. Euh.. » Je passe ma main dans mes cheveux, je me sens terriblement gêné.. Je pose mes deux mains sur mes jours qui doivent être rouge au possible et je regarde ailleurs. Vite. Change de sujet. Je réfléchis. Je me concentre le plus possible pour que ce qu’il était en train de me dire me revienne et.. « C’est drôle qu’on se soit jamais croisé à Riverdale High. J’imagine que c’est parce que je suis pas avec les garçon de mon âge. » Je me suis retrouvé avec des gosses de seize ans parce que j’ai pas du tout le niveau. En même temps, j’avais jamais mis les pieds dans un lycée avant. « C’est bête que tu fasses toujours ces crises.. j’espère que c’est pas trop fréquent.. » Quand même, je me doute que ça doit être assez dangereux.. Et imaginons qu’il fasse un chute de tension et qu’en tombant personne ne le rattrape et qu’il se blesse..? Il pourrait se casser quelque chose ou pire..
Et c’est certainement pas le moment de penser ça ce genre de chose. Surtout pas. Je me suis légèrement collé contre Enrique, j’ai collé mon bras contre son torse comme pour me blottir contre lui en faisant attention à ne pas me faire mal à l’épaule, ce bleu est toujours là après tout..
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Jeu 10 Mai - 20:50

Dios mio.. It's you..  Quand Enrique avait posé la question plus tôt, pour savoir si le beau père de Javier le frappait, il avait bien vu que ce dernier esquivait sa question. Simplement pas un haussement d’épaule. Et puis le mexicain lui avait expliqué pourquoi sa mère ne divorçait pas. Evidemment, s’ils n’avaient plus de toit où vivre, ce serait malheureux... Mais est-ce qu’accepter de vivre avec un salop comme ça, qui vous frappait gratuitement était raisonnable ? Enrique avait fait comme s’il ne l’avait pas vu tirer sur sa manche pour cacher ce qu’il ne souhaitait pas montrer. Un hématome peut-être ? Mais parce qu’il se doutait que continuer d’en parler ce soir n’était pas une bonne idée et qu’il valait mieux que tous les deux voient positif, il ne releva pas. Le philippin avait laissé le latino lui prendre la main pour la poser sur son cœur afin de sentir ses battements de cœur. Alors pour lui aussi… lui aussi il ressentait la même chose. Les paroles, c’était magnifique, mais pourtant le sentir, c’était encore mieux. L’asiatique avait lui aussi prit la main du brun pour lui faire sentir à quel point les palpitations de son cœur devenaient fortes pour lui. Il n’y avait que pour lui qu’il ressentait ça. Jamais pour les autres.

Désormais à proximité de Javier, il était clair qu’Enrique en profitait pour rester collé à lui. Ses yeux se noyaient dans le regard du brun. Il était assez proche de lui pour sentir son souffle se mélanger au sien, il était captivé par Javier et uniquement lui. C’était comme si le monde autour d’eux avait disparus pour les ne laisser rien que tous les deux. Ils étaient conscients du monde qui les entouraient, des adultes et quelques adolescents profitants pour passer du temps ensembles, entre amis ou entre amoureux. Pour Enrique, il retrouvait la seule personne capable de faire chavirer son cœur. Et puis, il entendit son interlocuteur lui annoncer ses sentiments. Il avait eu soudainement un petit bug de quelques secondes où il regardait Javier sans rien dire avant de s’en rendre compte. « Je… Tu viens de… » Woah ! Il l’aimait ? Rien que d’entendre ces mots avait eu le don de faire palpiter le cœur d’Enrique qui en devint tout rouge sur le coup. Il était heureux d’entendre ça, mais le malaise de Javier l’avait rendu aussi mal à l’aise. C’était un peu comme le téléphone arabe, mais à la place des mots, c’était l’émotion de l’instant présent. Il avait réfléchi un instant, pour changer de sujet, pour tenter de calmer le malaise dans la situation. Sauf qu’il bug complètement sur la déclaration de Javier. Une déclaration qu’aurait voulu lui faire Enrique il y avait deux ans, mais qu’il n’avait pas pu. Et dire que là, ils étaient très proche, dans ce bar-discothèque où une piste de danse se trouvait un peu plus loin que de là où ils étaient attablés tous les deux. Au final, ce fut Javier qui changea de sujet. « Comment ça tu n’es pas avec ceux de ton âge ? » demanda le jeune De Castro, curieux de connaître la réponse à cela. « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas trop fréquent. Je ne suis jamais inconscient, et je sais comment réagir face à ça. J’ai l’habitude à force ! » Il avait vraiment besoin de le rassurer. Et puis, c’était vrai. Il était habitué d’aussi longtemps qu’il faisait ses chutes de tensions. Et quand cela se produisait, s’en était presque un cauchemar. Une fois, il en avait fait une dans sa salle de bain alors qu’il se séchait. Il n’avait pas eu d’autres choix que de s’allongé au sol, le temps que cela se calme. Et vu que personne n’était à la maison, il avait dû se débrouiller pour calmer sa panique. Il s’était relevé plusieurs fois avant de se rallonger, et ce, jusqu’à ce que ça passe et qu’il puisse enfin s’habiller pour se déplacer dans la maison. Donc oui, il avait l’habitude. « Et puis, s’il m’arrive d’en faire une, je sais comment faire. » précisa-t-il pour le rassurer un peu plus.

Ensuite, c’est à cet instant là où il sentit le latino de blottir contre lui qu’il n’avait pu s’empêcher de prendre dans ses bras. De le serrer doucement contre lui, l’entourant de ses bras protecteurs. C’était peut-être hors sujet de la discussion sur le lycée et celle sur ses chutes de tension. Juste l’instant présent comptait. Avec leurs sentiments aussi. Enrique recula l’un de ses bras, le maintenant toujours avec l’autre. De sa main libre, il vint caresser une nouvelle fois la joue du brun, prononçant son prénom d’une voix adoucit par le moment « Javier ». Il embrassa son front, sa joue, son nez, puis à la commissure de ses lèvres. Restant à proximité de son visage, il murmura proche de son oreille « Tu es toujours aussi adorable… », glissant sa main qui caressait sa joue vers son cou qu’il frôlait de ses doigts, traçant des petits ronds invisibles, « magnifique… mignon… juste toi… et le fait que ce soit toi rend cette soirée spéciale… »


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Ven 11 Mai - 1:46

Dios mio.. It's you..  Si proche. Ca me rend totalement fou. j’en ai rêvé tant de fois, de l’avoir aussi proche de moi.. Le fait de le revoir, de sentir son souffle sur mon visage comme ça avait pu être le cas il y a de cela deux ans. J’étais tellement replongé dans tout ça que la chose que j’aurais voulu lui dire il y a deux ans, et bien c’est carrément sorti tout seul.. Je t’aime. Aucun doute sur le fait que ça soit totalement vrai, je suis totalement dingue de ce mec. Je mordille légèrement ma lèvre, je me sens tellement nerveux. Pourquoi est ce que j’ai pas tourné sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler. Quand il s’est mis à bredouiller j’ai vite posé ma main sur sa bouche et j’ai secoué la tête. « Fait comme si j’avais rien dit je t’en supplie. » J’aurais simplement pas du lui dire quelque chose comme ça. J’ai baissé les yeux, j’ai rougi et baissé les yeux avant de bouger ma main et la glisser sur son épaule que j’ai caressé quelques secondes.

Du coup, j’ai vite changé de sujet, j’ai parlé du lycée. Vu que c’était de ça dont on était censé parler. « Oh.. Et bien.. Je suis jamais allé au lycée avant maintenant.. Alors je suis en première année avec ceux qui ont 16 ans.. » J’ai deux ans de plus qu’eux, mais c’est pas bien grave non ? Je veux dire.. Je dois pas être le seul dans ce cas non ? J’ai souri à Enrique, j’ai hoché la tête à ce qu’il me disait. Ca me rassure totalement de savoir qu’il sait bien gérer ça. J’aurais tellement peur qu’il lui arrive quelque chose.. « D’accord, si tu sais comment faire, c’est le plus important. » Je lui ai simplement murmuré avant de me blottir contre lui. Une simple envie de tendresse. Une envie de contact avec lui. C’est bien quelque chose qui m’a manqué. Quand il a passé ses bras autour de mon corps, j’ai souri et je me suis collé un peu plus. j’ai posé l’une de mes mains sur son torse et j’ai regardé le jeune homme avant de passer mon bras autour de sa taille. Quand il a caressé ma joue, j’ai fermé les yeux pour profiter de ce contact des plus agréables. Quand je l’ai entendu pronconer mon nom, j’ai ouvert les yeux pour l’observe quelques secondes avant que je ne les ferme à nouveau lorsque j’ai senti ces baisers sur mon visage. Mon front, ma joue, mon nez.. Il m’a même embrassé au coin des lèvres.. J’ai légèrement mordiller ma lèvre et j’ai glissé ma main sur l’épaule d’Enrique. J’aurais tellement aimé qu’il m’embrasse sur les lèvres comme il avait pu le faire pendant ces fameuses vacances. J’ai légèrement bouger la main pour pouvoir passer mon index sur sa lèvre inférieure que j’observais avec attention. Son compliment m’a fait sourire. « Tu es toujours aussi parfait, Enrique.. » Je lui ai simplement murmuré avant de me pencher vers lui pour déposer un baiser sur sa joue alors que j’ai doucement passé ma main dans ses cheveux que je me suis mis à caresser avec tendresse. Je me suis encore légèrement rapproché de lui, enfin, j’ai surtout approché mon visage du sien. J’ai senti mon souffle qui s'accélèrait. Tout ça parce que je savais que j’allais faire quelque chose que j’aurais jamais pensé faire de moi. Surtout comme ça, maintenant. Mais sérieusement, j’en ai tellement envie..

Alors je l’ai fait. J’ai posé ma main sur sa cuisse pour y prendre appui et je me suis approché pour déposer un baiser timide sur ses lèvres. Juste quelques secondes, juste pour retrouver le contact. C’était tellement délicieux. Je retrouvais ces lèvres si douces qui m’avaient tellement manquées.. Mais j’avoue que j’osais pas forcément le faire plus longtemps, peut être que c’était bizarre.. J’ai mordiller ma lèvre inférieure et j’ai glissé mes bras autour de son cou pour pouvoir le câliner. « J’avais pas oublié comme je pouvais aimer le contact de tes lèvres mais.. C’est un peu bizarre non ? » Je lui ai dit avant de lentement me détacher de lui. Je sais pas, c’était comme si c’était pas naturel. Enfin, pas que c’était pas naturel, mais juste que.. Je sais pas.. C’était pas mon genre de prendre les devant comme ça. Mais sur l coup.. Ca m’avait un peu frustré qu’il ne le fasse pas lui même.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Sam 12 Mai - 18:32

Dios mio.. It's you..  Faire comme s'il n'avait rien dit ? Okay.. Enrique avait hoché la tête alors que la main du main s'était posée à ce moment sur ses lèvres pour évité qu'il continue à bredouiller n'importe quoi. A voix haut, il pouvait faire comme si de rien n'était, mais dans sa tête résonnait encore le "je t'aime" de Javier comme un écho. C'était un écho ! Bien répétitif et qui durait longtemps. C'était jouissif ! Comment faire comme s'il n'avait rien entendu ? Il en était toujours aussi rouge. Entre ça, ça le rendait heureux. Mais chut, faut pas l'dire hein ! Quoique.. ça se voit à des kilomètre qu'il est heureux le p'tit coquin !

Et puis, Javier a commencé à lui annoncer que c'était la première fois qu'il allait dans un lycée et qu'il se retrouvait avec ceux de seize ans. Enrique comprenait mieux pourquoi ils ne s'étaient pas croisés, même si le fait qu'il soit dehors hors cours était aussi une réponse à la question. « Ah.. je vois.. » il lui rendait son sourire. Non, il n'allait pas en rire, au contraire, il allait l'encourager. « Si tu as besoin d'un coup de main pour étudier, je veux bien t'aider.. ». Et quand quelques secondes plus tard, après avoir dit à Javier qu'il savait gérer ses chutes de tensions et l'avoir rassuré, Enrique avait privilégier un moment de calme pour câliner le latino qui se trouvait désormais dans ses bras. Et il n'avait pas du tout l'intention de le lâcher, maintenant qu'il le tenait, il allait sans aucun doute avoir du mal à le laisser partir. Il l'embrassait carrément partout sur le visage, sauf les lèvres bien qu'il en avait terriblement envie. Ses croissants de lune semblaient dire "hey Enrique, viens un peu par là. Viens goûter les lèvres pulpeuses saveur mexicaine". « Non, je ne suis pas toujours parfait. Il m'arrive de roter, de péter, de faire caca "plouc plouc"... » il marqua une pause pour rigoler un peu. Dis donc... Glamour tout ça !

Quand le beau latino avait approché son visage, le rire d'Enrique laissait place au silence. Non pas un silence mortelle. Plutôt un silence où son regard voyageait entre celui de son interlocuteur et des lèvres de ce dernier. Des lèvres qu'il n'avait pas senti ces deux dernières années parce qu'ils étaient restés sans nouvelles chacun de leur côté. Des lèvres qu'il voudrait sentir à nouveau contre les siennes, la proximité attisant son envie. Il en avait envie. Il avait besoin de ce contact. Comme un coup de jus, quand la main de Javier se posa sur sa cuisse, Enrique avait légèrement sursauté. Légèrement.. pas assez pour qu'on ne remarque même pas son petit sursaut. Ou si en fait. Mais un sursaut discret ! Et puis.. pendant un instant, le temps s'était arrêté. Leurs lèvres s'étaient connectés quelques secondes avant que le mexicain ne recule. C'était trop court. Beaucoup trop court. Et le voilà le serrant dans ses bras et parlant un peu trop ? Enrique aimait entendre la voix de Javier, mais là, il l'avait complètement laissé sur sa faim. « tais toi.. » avait-il simplement lâché, tournant la tête vers Javier, posant une main ferme mais douce sur sa joue. C'était sans aucune hésitation qu'il récupéra les lèvres de Javier. Le philippin se faisait doux pour commencer. Il avait fermé les yeux pour profiter un peu plus du contact, remuant doucement ses lèvres pour finalement l'intensifier avec la passion et l'amour qu'il portait toujours et qui revenait à la surface avec Javier et uniquement lui. Se sentir ainsi lui avait vraiment manqué ! Tellement que des larmes coulaient le long de ses joues avant qu'il ne lâche les lèvres de Javier pour le serrer fort contre lui. Il avait agit rapidement, pour éviter que le beau Sanchez ne voit ses larmes. L'émotion le prenait beaucoup trop au dépourvu pour ce soir. Alors il séchait ses larmes, profitant que l'autre ne voit pas son visage avant de se reculer doucement quand la serveur vint leur déposer leurs boissons. Il remercia celle-ci, prit les deux verres et en tendait un à Javier tout en lui souriant.


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Sam 12 Mai - 21:19

Dios mio.. It's you..  C’était vraiment gentil de sa part de me proposer de l’aide. Mais pour être honnête, je m’en fichais pas mal de mes notes, j’avais pas l’intention de continuer mes études. Alors au pire, si j’ai de mauvaises notes, c’est pas bien grave au fond. Je préférerais me concentrer sur mon travail plutôt que de suivres ces cours auquel je ne comprends même pas la moitié. « Oh.. Non non.. Je veux surtout pas que tu t’embête pour ça. » Je préfère qu’il se concentre sur ses études à lui, plutôt que des miennes. Après tout lui, il doit sûrement avoir des projets plus ambitieux que moi. C’est pas comme si c’était bien compliqué. Je lui adresse un petit sourire. C’est totalement ce que je pense. Je préfère qu’il pense à lui avant de penser à moi. Je suis bien moins important, après tout.

J’avoue que sa réplique suivante m’a fait totalement disjoncté. J’ai incliné la tête sur le côté, haussant un sourcil. Il vient vraiment de dire une chose pareille ? Le romantisme est mort mes amis. Franchement, venu de quelqu’un d’autre ça m’aurait totalement refroidit, mais là.. Disons que ça m’a juste beaucoup perturbé. « C’est.. Très classe merci. » Je lui ai dit avant de rire nerveusement et de regarder ailleurs. On a pas idée de dire une chose pareille pour un rencard.. « T’as de là chance que ça soit moi, je crois que t’aurais fait fuir n’importe qui avec ça. » On va pas se mentir hein. Ca en aurait stoppé plus d’un mais pas moi. Parce que je connais Enrique et que ouais, je le kiffe vraiment quoi.

C’est pour ça que je me colle contre lui. Parce que je l’aime tellement fort et que tout ces sentiments me font surchauffer la cervelle. C’est vraiment pas possible de ressentir un truc pareil pour quelqu’un.. Je l’ai senti sursauté quand j’ai posé ma main sur sa cuisse, j’imagine simplement qu’il ne devait pas s’y attendre. Mais bon, en soit, j’ai rien fait de mal. Je me suis juste appuyé sur sa cuisse pour pouvoir l’embrasser rapidement.. Vraiment rapidement parce que je savais pas vraiment si j’avais le droit de le faire. Alors je me suis reculé et j’ai regardé ailleurs avant de tenter de m’excuser. Mais il m’a vite demandé de me taire. Ca m’a fait relever les yeux vers lui avant qu’il ne pose sa main sur ma joue et ne crash ses lèvres sur les miennes. J’ai papillonner des paupières avant de fermer les yeux et répondre à l’échange comme je le pouvais alors que j’ai passé l’un de mes bras autour de lui pour caresser le haut de son dos. Quand il a mis fin au baiser, j’ai du prendre un grande inspiration parce que le souffle ‘avait manqué. Je me suis directement collé contre Enrique et j’ai collé mon visage contre son torse et j’ai souri largement. Ce baiser.. Juste.. Woah.. Il avait fait battre mon coeur comme il avait jamais battu avant et je me suis juste senti.. Woah.. Ouais.. Woah. Là je crois que j’étais trop chamboulé pour pouvoir sortir autre chose. « Woah.. » Ouais, woah jusque dans les mots. C’est ouf quand même.. Quand le serveur est arrivé, je l’ai observé quelques secondes avant de prendre le verre qu’il m’avait tendu. J’ai bu une petite gorgée de la boisson. J’ai fait de mon mieux pour cacher ma grimace parce que c’était dégueu et j’ai posé le verre en face de moi avant de prendre l’une des mains d’Enrique dans la mienne pour jouer avec ses doigts alors que je me remettais à le regarder. Il était vraiment trop beau. « Dis.. Après ça te dit qu’on aille ailleurs ? J’ai l’impression que tout le monde me regarde et j’aime pas ça. » Je veux juste un peu d’intimité, j’imagine que c’est quand même pas trop demandé..
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Dim 13 Mai - 1:00

Dios mio.. It's you..  « ça ne m'embête vraiment pas de t'aider. » C'était peut-être plus pour essayer de passer du temps avec lui qu'il insistait un peu pour les études. Une séance de révision avec Javier... graouuu ! Si Enrique en avait l'occasion, tout ça se finirait sans aucun doute en séance d'éducation sexuel, avec des post-it. « J'pourrais peut-être te donner des leçons... particulières... » Il avait osé dire ça. En même temps, quand ça venait de la bouche d'Enrique, plus personne ne s'étonnait. Et puis ensuite, il a réussi à faire rire Javier avec sa blague stupide sur les pets, les rots etc. « Je ne dirai jamais des conneries pareils à quelqu'un qui ne m'est pas important. Toi, t'es important. Et t'es d'retour. Alors c'est parfait. J'te lâcherai plus. Sauf pour rentrer chacun de notre côté et dormir. » Il marqua une pose. « Et j'vais penser à toi toute la nuit. Et p't'être même prendant que j'dors. ». Il préférait être lui même et faire des plaisanteries. C'était mieux que de ne pas être soi-même et d'parler avec l'accent british et de faire genre de vouloir du thé uniquement à 17h.

Puis après leur baisé. Parce que oui, Enrique avait répondu au premier baisé par un second plus prolongé. Il buvait son verre doucement alors qu'il sentait le jeune homme à ses côtés jouer avec les doigts de sa main libre alors que l'asiatique déposait son verre vide sur la table. Quand Javier lui demanda s'ils pouvaient s'en aller ailleurs parce qu'il avait l'impression d'être observé et qu'il n'aimait pas ça, le beau De Castro avait hoché la tête avant de lui répondre « Si tu veux j'ai ma voiture garée sur le parking. On peut s'y poser si tu veux. ». Il voyait bien que son interlocuteur souhaitait avoir son intimité. Et Enrique, lui, il voulait être seul avec lui, être mieux posé que sur deux chaises séparés et complètement inconfortable pour leur session câlin. Loin des regards curieux qui rendaient mal à l'aise le mexicain.

Enrique se leva, tendant la main à Javier qu'il tira avec lui. Entrelaçant ses doigts entre les siens. Le jeune homme paya rapidement l'addition avant de sortir du King's Head pour rejoindre sa voiture qu'il déverrouilla. Il ouvrit ensuite la porte arrière, invitant le mexicain à entrer avant d'y aller à sa suite et de refermer la porte derrière lui. Mais maintenant qu'ils se retrouvaient vraiment en seul, sur la banquette arrière de la voiture où ils pouvaient donc s'étaler tranquillement, son cœur pulsait ses battements plus fort. Il se mordait la lèvre inférieur en observant Javier en se disait que.. bon sang ! Il était magnifique, même dans la pénombre. Et il avait hâte de le voir en journée, de le croiser au lycée pour limite s'enfermer avec lui dans le placard du concierge pendant les moments creux à côté des balais, des réserves de papiers toilettes et des lavettes. Glamour tout ça ! « C'est mieux ici, non ? C'est.. C'est plus confortable ? » Il se rapprochait de Javier, plongeant son regard dans le sien comme s'il voulait le sonder. Sauf qu'en fait, son regard finissait par observer les lèvres du latino, puis ses yeux, et encore ses lèvres. Un peu comme une balançoire. « Je peux ? » demanda-t-il d'une voix douce. Il avait encore envie de l'embrasser. « A moins que tu ne veuilles pas... J'crois que j'parle trop là.. mais.. Javier.. » encore une petite pause. « Il y a deux ans, j'voulais te dire que je suis tombé amoureux de toi... J'avais besoin de te le dire. Pour répondre à ton aveu d'avant. » et il était toujours amoureux. C'était juste que ces deux dernières années, pour éviter de penser à Javier dont il pensait que ce dernier l'avait oublié, il avait couché avec pas mal de gars. Pour s'occuper... Et le revoir, ça change tout. Savoir que lui aussi.. ça change beaucoup de choses.


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Dim 13 Mai - 2:06

Dios mio.. It's you..  J’ai souri quand je l’ai entendu insister de cette façon. il avait tellement envie que j’arrive à suivre ? J'allais lui dire que ça en valait vraiment pas la peine mais il a parlé avant moi. Des leçons particulières ? Je suis pas tout à fait sûr de comprendre de quoi il parle en fait.. Mais après, avec le ton qu’il a employé, j’imagine que c’était pas totalement innocent.. « Mh.. Quoi comme leçons..? » Je suis sûr de rien, et je crois que je préfère quand même être vraiment sûr qu’il y avait un sous-entendu à peine camouflé là dessous. J’ai légèrement souri à Enrique et j’ai fini par nerveusement mordiller ma lèvre inférieure. Franchement, il me fait un drôle d’effet.. Je me sens timide, mais j’aime bien, il y a qu’avec lui que je peux me sentir comme ça. J’ai glissé ma main sur sa joue pour la caresser avec la plus de délicatesse possible.
Il m’a fait rire avec ces bêtises n’empêche. « Ah..? Parce que tu voudrais pas qu’on dorme ensembles ? » Je lui ai demandé, un fin sourire sur les lèvres. Personnellement, c’est quelque chose qui me plairait, pouvoir m’endormir dans ses bras et me réveiller avant lui pour pouvoir le regarder dormir. Puis.. Je serais pas contre une nuit loin de chez moi..Mais après c’est vrai que c’est peut être un peu tôt en fait. Alors peut être que j’aurais dû me taire. « Dans tous les cas, moi aussi je penserais à toi. » Et tout le temps.. Comme ça a toujours été le cas. Je pense à lui à chaque seconde.

J’étais vraiment bien avec lui, mais j’ai fini par me sentir assez mal à l’aise j’avoue. J’avais l’impression que tout ces types assis à table nous regardaient comme si on venait d’une autre planète ou qu’on était des erreurs de la nature, clairement, c’est tout sauf agréable comme sensation. Alors j’ai demandé à Enrique si on pouvait s’en aller. Et il a accepté, alors par politesse, j’ai terminé mon verre même si c’était pas bon et j’ai hoché la tête à la proposition qu’il m’a fait. « Oui, ça me va.. » J’espère qu’on y sera pas trop à l’étroit, mais si ça se trouve, il a une grande voiture alors ça posera aucun problème. Quand il s’est levé, je lui ai adressé un sourire et je me suis levé à mon tour et j’ai serré sa main dans la mienne et je l’ai suivi hors de ce bâtiment sans lâcher sa main une seule seconde. Je suis grimpé dans sa voiture et je l’ai regardé y entrer à son tour. Je pense qu’on allait effectivement être un peu mieux ici. Je me suis léchée la lèvre inférieure et me suis légèrement penché vers Enrique pour vraiment être collé contre lui. Maintenant je pouvais sans soucis, et j’avais pas l’impression que tout le monde nous regardait. « Oui.. C’est mieux.. » Pas particulièrement confortabl vu que ça reste la banquette arrière d’une voiture, mais sans aucun doute, c’est mieux. J’ai humecté mes lèvres quand j’ai vu qu’Enrique les regardait. « T’as pas besoin de demander l’autorisation. » S’il a envie de m’embrasser mais qu’il fasse, j’attends que ça, qu’il m’embrasse encore et encore, surtout maintenant qu’on est plutôt tranquille. « Embrasses moi autant que tu le souhaite.. » Je lui ai simplement dit avant de prendre l’une de ses mains dans la mienne. Quand il m’a dit que lui aussi, il était amoureux de moi, j’ai senti mon coeur s’emballer de plus belle. Dios mio.. Tout ce que je veux maintenant, c’est l’embrasser comme jamais. Et je vais même le faire de moi même, et comme je l’ai jamais fait avant. Non parce que quoi.. J’ai eu droit à un “je t’aime” quand même, c’est pas rien. « Si tu savais comme ça me fait plaisir de t’entendre me dire ça. » Je lui ai simplement murmuré avant de prendre mon courage à deux mains pour lui grimper dessus et m’asseoir sur ses cuisses. J’ai glissé mes mains sur ses joues pour les caresser lentement. Puis j’ai pas attendu plus longtemps avant de déposer mes lèvres sur les siennes pour l’embrasser. J’ai passé l’un de mes bras autour de son cou et j’ai collé mon torse contre le sien. Je mouvais passionnément mes lèvres contre les siennes alors que ma main libre caressait doucement le tissus de son t-shirt. Je suis resté comme ça plusieurs secondes, à l’embrasser comme si ma vie en dépendait et quand j’ai détaché mes lèvres des siennes, bien à contre coeur, j’ai ris nerveusement. « Pardon, je me suis un peu emballé. » Un peu beaucoup même, mais fait dire qu’il m’a quand même donné une très bonne raison de le faire..
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Dim 13 Mai - 20:13

Dios mio.. It's you..  Des leçons particulières, il avait vraiment osé dire ça quand ils se trouvaient encore dans le bar plutôt. A la question de Javier, Enrique avait simplement sourit. Enfin... simplement... c'était quand même un sourire rempli de sous entendus. D'énormes sous entendus qui allaient de roulages de pelles passionnées et fougueuses à... à beaucoup plus loin. Et ce serait mentir s'il vous disait qu'il n'avait pour le moment envie de rien d'autres que d'embrasser le latino. Il avait envie de plus, mais il respectait beaucoup trop le beau gosse qui lui avait fait remarqué son malaise du regard des personnes qui les entouraient. Alors rapidement, ils s'étaient tous les deux retrouvés dans sa voiture, sur la banquette arrière. Rien que tous les deux. Au moins, le mexicain pourra se sentir à l'aise. Et le philippin était bien content d'avoir un peu d'intimité avec lui. Il l'écoutait répondre à sa demande, lui dire que... qu'il pouvait l'embrasser autant qu'il le pouvait. Le coeur d'Enrique s'était emballé en avouant ses sentiments à Javier, qui, quelques secondes plus tard s'était retrouvé sur lui. Sur ses cuisses. A califourchon sur lui. Ouai. A califourchon... l'asiatique observait le jeune homme comme si celui-ci l'hypnotisait. C'était presque ça. Il était tellement magnifique à ses yeux, et il était tellement excité de l'avoir retrouvé que lui-même était intérieurement dans tous ses états. Ses émotions étaient en ébullition et débordaient désormais qu'ils étaient seuls dans sa voiture. Et bien plus depuis que Javier était sur ses cuisses. Trois fois plus quand leurs lèvres se touchaient à nouveau. Enrique répondait au baisé. Il y répondait si passionnément qu'il n'avait pas vu le temps passer avant que le brun ne recule ses lèvres. « Ne t'excuses pas, j'adore quand tu t'emballes... » ses yeux plongeaient dans son regard, puis à nouveau sur ses lèvres, et ainsi de suite alors qu'il chuchotait doucement « Avant qu'on parte du bar plus tôt... j'voulais aussi te dire que si un soir tu veux dormir chez moi, je t'obligerai à appeler ta mère ou à lui envoyer un sms pour la prévenir. » Il riait doucement en enroulant ses bras autour de la taille du latino. « Avec les événements dont j'ai entendu parlé ici, je ne veux pas que ta mère s'inquiète de où est passé son fils. » Il marqua une petite pause, devenant sérieux en ancrant ses yeux dans ceux de Javier. « Et je veux ton numéro de téléphone. Pour que tu me dise quand tu es chez toi, sain et sauf, qu'il ne t'arrive rien. Et pour me dire si un gars chelou te suit dans la rue... J'lui casserai l'envie de te suivre. » Il y avait assez de psychopathe, et de personnes malhonnête dans ce monde qu'Enrique deviendrait fou s'il arrivait quoique ce soit à son homme retrouvé.

Suite à ce moment sérieux, sans prévenir, Enrique passa l'une de ses mains dans le dos de Javier, l'autre derrière sa nuque, pour l'allonger sur la banquette arrière. Il lui caressait ensuite les cheveux, le reflet de la Lune lui permettait de voir un peu le visage du mexicain. Le philippin le dévorait littéralement du regard. Il fondait carrément à la vu de celui-ci, et si la lumière était allumée, on aurait pu voir ses joues rosies devant le garçon qui le mettait dans cet état. « Peut-être que j'ai envie de m'emballer, et de t'attirer dans un moment rien qu'à nous. Rien que toi et moi... » Sa main descendait de ses cheveux pour faire quelques ronds de ses doigts sur le cou de Javier... « de marquer mon territoire... »... posant finalement sa main sur le torse de Javier avant de l'embrasser doucement, glissant ses lèvres le long de sa joue jusque la mâchoire, puis sur son cou. « Ne me tues pas si on te pose des questions sur ce que tu vas avoir dans le cou... » disait-il doucement... où plutôt d'une voix grave sur le moment. Il se tut enfin... frôlant au début son cou de ses lèvres, commençant à suçoter doucement la peau du mexicain pour y déposer une première marque. Il déplaçait ses lèvres sur son cou avec de nombreux baisés, marquant plusieurs endroits de son cou avant de remonter satisfait de ce qu'il venait de faire. « Oups, il y en a partout.. » avait-il murmuré tout sourire. Et enfin, il l'embrassa. Fougueusement.


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Dim 13 Mai - 22:57

Dios mio.. It's you..  Alors il aime que je fasse ça ? Que je m’emballe comme ça m’ai jamais arrivé avant ? Peut être qu’il trouve ça sexy ? Peut être juste plaisant ? J’en sais trop rien, mais du coup, je me dis que peut être je pourrais le refaire de temps en temps.. « Alors je le referais si t’es sage. » Je lui ai dit en souriant légèrement alors que je glissais doucement ma main dans ses cheveux pour les caresser avec lenteur. « T’en fais pas.. Le fils à maman que je suis le fais toujours.. » Je pars jamais de chez moi sans le dire à ma mère, et c’est rare que je lui envoie pas de message pour lui dire que je vais bien.. Ou pour lui demander si elle va bien. D’ailleurs c’est étonnant que je l’ai pas fait pour l’instant, faut croire qu’il me monopolise trop Enrique.. Je pense pas que ça soit vraiment une mauvaise chose. « Donc je le ferais si ça arrive, promis. » J’ai passé ma main sur la joue du beau philippin et j’ai collé mon front contre le sien. « T’es trop mignon Enrique. » J’ai souri largement avant de déposer un petit bisous sur le bout de son nez. « Je te le donnerais avant de rentrer chez moi, promis. » Pas forcément pour le transformer en chevalier servant, juste pour pouvoir parler avec lui de temps en temps, qu’on puisse se revoir de temps en temps lui et moi. Je suis pas du genre à envoyer un message à quelqu’un quand j’ai un quelconque soucis. Je voudrais certainement pas qu’Enrique se dérange pour moi quoi.

Je me suis laissé faire quand il m’a allongé sur la banquette, je me suis contenté de le regarder et j’ai passé mes jambes autour de son corps pour le serrer contre mon corps et j’ai glissé ma main sur son épaule que je me suis mis à caresser tout doucement du bout de mes ongles. Ce gars est juste tellement beau merde. C’est juste pas possible. Je sais pas qui lui en a donné le droit, mais ce qui est clair, c’est que cette personne s’est jamais dit que c’est illégale d’être beau gosse comme ça quoi.. « Vas y emballe toi.. » Du moment qu’il abuse pas, il y a pas de problème pour moi.. J’ai même très envie qu’il s’emballe comme j’ai pu le faire quelques instants plus tôt, mais surtout, j’ai envie qu’il m’embrasse encore. Avec toujours plus de fougue, plus de passion, plus de tout ce qu’il veut. Je frissonne quand je sens sa main se déplacer sur ma peau. Je sais que tout ce qu’il touche c’est mon cou, mais ça m’empêche pas de trouver ça assez agréable pour que mes joues se rougissent et que mon rythme cardiaque s’accélère. J’ai mordiller ma lèvre inférieure quand il a parlé de me marquer et quand il s’est mis à le faire. j’ai bien cru que j’allais passer l’arme à gauche.. J’ai senti mon souffle se faire légèrement haletant, un peu comme si j’avais du mal à reprendre mon souffle et j’ai fermé les yeux pour profiter de ce qu’il était en train de faire. Que c’est bon.. « C’est bon ce que tu fais. » J’ai simplement dit alors que je glissais l’une de mes mains dans ses cheveux pour les caresser lentement. Quand il s’est arrêté, j’ai ouvert les yeux pour le regarder et j’ai fait glisser l’une de mes mains le long de son bras avant de répondre au baiser qu’il me donnait. C’était tellement le kiffe, j’avais l’impression d’être en train de rêver.. Dire que j’avais pensé que j’aurais plus jamais ça.. J’étais tellement bien là. Sentir son corps pressé contre le mien, ses lèvres contre les miennes. Vraiment un rêve, pas d’autre mot. Et j’ai clairement pas envie de me pincer, je veux rester là pour toujours et continuer de profiter de ses lèvres si douces. J’ai repoussé Enrique quand le souffle me manquait, pas beaucoup hein. Juste assez pour détacher nos lèvres. J’ai même légèrement tiré sur la lèvre du garçon avec mes dents. « Moi aussi j’ai le droit de montrer que t’es à moi ? » J’ai demandé avant de passer ma main sur la joue d’Enrique alors que mon autre main se glissait furtivement sous son haut pour que je puisse toucher sa peau brûlante. J’ai souri au garçon avant de glisser mes lèvres sur sa clavicule. J’ai serré sa peau entre mes lèvres et l’ai sucée jusqu’à laissé une petite marque rougeâtre sur sa peau. J’étais plutôt fier du resultat, j’avoue..
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mer 16 Mai - 20:31

Dios mio.. It's you..  Ça ne faisait pas longtemps qu’Enrique avait eu ce genre de contact intime avec un autre homme. En même temps, quand on connaissait le jeune homme et que l’on savait à quel point il avait pensé durant ces deux dernières années que le garçon dont il était réellement tombé amoureux l’avait oublié dès l’instant où il avait disparu de sa vie sans demander un moyen de contact, rien n’était étonnant. Bon, il n’était plus parti en vacances dès l’instant où sa petite soeur avait eu cet accident. Cette fille, c’était toute sa vie, sa protégé, sa petite soeur, sa moitié, sa confidente. Elle était la personne la plus importante et qui passait avant tout le monde, même avant ses désirs. « C’est surtout une excuse pour te parler » avait-il dit quand le beau mexicain lui avait répondu quand ils étaient encore en train de parler de numéro. Plus tard ? Ouai, il insistera même pour avoir son numéro lorsqu’il le déposera chez lui plus tard. Parce qu’il n’allait quand même pas le laisser rentrer seul chez lui. Surtout avec ce qu’il avait entendu sur cette ville. Ce qu’il se passait. Riverdale était peut-être une ville sympathique où il avait emménagé trois mois plus tôt avec ses parents, mais avec tous ces psychopathes, et ces gangs dans le Southside, mieux valait raccompagné Javier après. Ce n’était pas un devoir, non… Il voulait vraiment s’assurer que le jeune homme rentre en sécurité.

Posé à califourchon sur Javier qu’il avait allongé quelques secondes plus tôt, Enrique avait osé le chercher un peu avec quelques caresses dans le cou, frôlant cette partie de ses lèvres avant d’y déposer un suçon. Plusieurs mêmes. Sinon, ce n’était pas assez voyant. Et il était clair qu’Enrique voulait montrer que quelqu’un avait décidé de marquer son territoire sur le latino. C’était un peu comme les chiens lorsqu’ils pissaient autour d’une maison pour dire aux autres “c’est chez moi, alors tu rentres pas”. Dans le cas du philippin, ça signifiait “propriété privé” comme une place de parking privé appartenant à un résident. « Ça te plaît ? » avait-il demandé après avoir marqué le coup du jeune homme se trouvant sous lui. Encore une fois, il déposait ses lèvres sur celles du brun en espérant avoir encore un moment comme ça plus tard. Il était vrai qu’Enrique cherchait un peu la petite bête ce soir-là en se mettant dans ce genre de condition avec Javier, mais ce n’était pas ce soir qu’il allait faire transpirer de plaisir le beau latino. Quand ce dernier le poussa doucement, l’asiatique se reculait légèrement sans pour autant se retirer de sur le brun. Sentir les dents de l’autre garçon tirer sur sa lèvre inférieur avant d’être lâché lui donnait envie de l’empêcher un instant de respirer pour l’embrasser passionnément. Il s’imaginait énormément de choses à l’instant. Beaucoup trop de chose. Un puceau ne voudrait certainement pas savoir à quoi il pensait. Quoique… dans le cas de Javier… Enrique… Enrique commençait à avoir la bosse, mais faisait comme s’il n’avait rien. Il respecte toujours toujours l'adolescent. Et il le dévorait littéralement du regard. Enrique se mordit la lèvre inférieure en écoutant le brun. « Fais ce que tu veux de moi, je suis tout à toi… » Le philippin se laissait faire, frissonnant à chaque contact que lui offrait le brun. Il penchait la tête lorsqu’une main se posait sur sa joue. Une chaleur parcourait son corps lorsqu’il sentait la main de Javier passer sous son t-shirt pour le toucher. Enrique brûlait. Il était bouillant. Non pas de fièvre, mais des effets que causait le jeune homme sur lui. Encore plus quand son interlocuteur lui déposa un suçon. C’était court, mais… c’était aussi magique. Un grand sourire se dessinait sur le visage d’Enrique qui, derrière ça, se retenait vraiment de lui retirer ses vêtements et de lui sauter dessus. ça c’est dit. Alors doucement, il se redressa, attrapant la main de Javier pour le tirer vers lui, désormais tous les deux assis. Enrique en tailleur. « Tu veux qu’on aille quelque part ? Je… J’voudrai bien qu’on marche un peu tout les deux. » proposa-t-il, attendant la réponse du brun pour savoir s’il pouvait sauter sur le volant et l’emmener avec lui quelque part pour marcher tranquillement. Et il était important de préciser que si c’était un oui, il lui tiendrait la main pendant leur petite balade. En forêt ou en ville, peu importe.



©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Jeu 17 Mai - 20:58

Dios mio.. It's you..  Une excuse pour me parler, comme s’il avait vraiment besoin d’excuse pour le faire ? Il pouvait me parler quand il le veut, ou il le veut, je le laisserais même rentrer chez moi par la fenêtre pour qu’on puisse discuter. Parce que c’est clair et net que mon beau-père le laisserait jamais entrer. Mais je doute pas du fait qu’un jour, j’aurais envie de le voir chez moi, ou alors qu’il viendra chez moi pour me voir mais que je pourrais pas sortir. Alors faudra bien qu’on trouve une solution. Et celle ci ne me semble pas si mal. Heureusement qu’on a des escalier de secours qui partent de ma chambre, sinon ça serait un peu impossible. Enfin, dans tous les cas, j’oublierais pas de lui donner plus tard.

Franchement, c’est le kiffe total, nous deux comme ça dans sa voiture en train de s’embrasser comme si nos vies en dépendait. J’imagine que c’était le manque qui faisait ça. On s’était manquées pendant deux ans, alors on cherchait à rattraper le temps perdu grâce à cet échange des plus fougueux. Franchement, je crois que j’allais devoir essayer de cacher les marques qu’il m’avait faite. Autant, ma mère, elle dirait rien en les voyant, et j’aurais pas peur de les montrer au lycée, je pense que ça serait même une fierté. Mais si mon beau-père voit ça.. je préfère pas imaginer ce qu’il pourrait faire, ou simplement dire. J’entends déjà sa voix me traiter de salope ou de je ne sais trop quel insulte vraiment pas sympa du tout.. « Oui, ça me plait beaucoup. » Je vais pas lui mentir, c’est totalement plaisant de le sentir faire de pareilles choses, sentir ses lèvres sur ma peau.. Je crois que jamais il pourra me faire un truc aussi kiffant. Ou si ? J’en sais rien.. Peut être que si on.. Euh.. Faisait des trucs sexuels ça serait encore mieux, j’imagine que je verrais quand ça arrivera. Ouais, je sais que ça arrivera, parce que j’ai pas de doute sur une chose, c’est à lui que je compte offrir ma virginité. Voilà. Mais ça je vais pas lui dire, ça serait quand même super chelou non ? “Wesh Enrique, je veux que tu sois mon premier” Ouais nan. Ca serait secret jusqu’à moment venu.
Je sais pas trop ce qu’il m’a pris pour que je tire sur sa lèvre de cette façon. Genre.. What ? Depuis quand je fais ce genre de chose ? Ca me donne comme l’impression de jouer avec le feu. Un feu sûrement aussi chaud que la peau du philippin -eh ouais, j’en fais de bonnes transitions- une telle chaleur, c’était à croire qu’il était en chaleur. Et j’avoue que j’ai possiblement senti quelque chose qui m’a à la fois confirmé cette pensée, et fait rougir.. C’était léger mais.. Ouais, il commençait à bander lui aussi.. Je dis lui aussi parce que j’avoue qu’il m’a bien chauffé et que ça devient presque gênant. Peut être qu’il faudrait que je pense à un truc dégueulasse du genre.. Oh tiens, mon beau père en porte-jarretelle. Brr. Sacré turn off. Je pense pas qu’il puisse y avoir plus efficace que ça. Franchement. Mou.

Le fait qu’il me dise que je pouvais faire ce que je voulais de lui, ça m’a fait sourire largement, j’ai glissé ma main sur la joue de mon amant, et après l’avoir caressé lentement, j’ai déposé un tendre baiser sur ses lèvres. C’est ça que je veux principalement faire de lui, là dans l'immédiat, lui donner de la tendresse qu’il n’a pas dû avoir s’il a eu ce genre de rencard avec d’autre.. Vous savez.. Le genre avec des applis de rencontre ou les mecs recherchent rien de plus qu’un plan cul. Un truc pas classe du tout. Faut que j’arrête de penser à ça. « Oui bien sûr. » J’avoue que vu comme j’ai chaud, prendre un peu l’air, ça me ferait un bien fou.. Je l’ai embrassé une dernière fois avant qu’on n’aille s’installer devant. J’ai pris place au côté passagé et me suis attaché avant de poser ma main sur la cuisse d’Enrique, juste pour garder un contact, pas pour faire quoi que ce soit de bizarre. Je l’ai laissé conduire autant qu’il le voulait, moi, je regardais dehors, et dès qu’il s’est arrêté, je suis sorti de la voiture et l’ai attendu de mon côté. Et quand il était là, j’ai directement pris sa main dans la mienne et l’ai serré fort en la portant à mes lèvres pour y déposer un baiser. « Ou est ce que tu m’emmène alors ? »
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Sam 19 Mai - 18:51

Dios mio.. It's you..  Il y avait bien trop de différences entre un coup d'un soir, et un moment avec la personne qui arrive à vous faire vibrer. Enrique ne l'avait pas vu pendant deux ans, et les vacances qu'il avait passé au Mexique avant de vivre l'accident de sa soeur étaient inoubliable. Il ne les oublierait jamais. Car c'était là-bas, il y a deux ans, que le philippin avait rencontré Javier. Un destin éloigné avant d'à nouveau se croiser. Entre temps, il n'avait connu que des coups d'un soir, des relations sans importances qui ne lui offrait pas ce qu'il avait toujours ressenti avec le mexicain. ça faisait peut-être fleur-bleu, mais c'était la vérité, et ce qu'il ressentait réellement. De l'amour ? évidemment qu'il y en avait, et il y en a toujours. Il ne voulait pas tout de suite coucher avec lui. Non. Lui... Il voulait le courtiser à nouveau, même s'il savait que lui aussi ressentait la même chose. Quand son amant accepta qu'ils se déplacent d'ici pour aller marcher quelque part tranquillement, Enrique l'embrassa longuement et passionnément avant de se reculer et de prendre place au volant. L'asiatique avait attendu que le latino soit installé et attaché pour s'attacher à son tour avant de sentir la main du brun sur sa cuisse. Une décharge plutôt agréable le parcourait alors qu'il souriait au jeune homme avant de démarrer le moteur et de s'engager sur la route.

. . . . .

Garant la voiture à proximité de la forêt, il sorti enfin de la voiture après avoir coupé le contact et récupérer ses clés qu'il glissa dans sa poche. Une fois qu'Enrique ait contourné la voiture pour rejoindre Javier qui patientait, il laissait se dernier lui prendre la main, lui-même entrecroisant directement ses doigts entre les siens avant de la serrer doucement. Le baisé de son amant sur sa main le fit légèrement rougir, c'était juste tellement adorable que ce genre de geste vienne de Javier. C'était clair qu'il ne sait même pas lui-même si ça aurait été pareil avec un autre ou différent. Quoique le mexicain avait toujours son unique petit effet sur le philippin. « Je ne sais pas du tout où je t'emmène. Tout ce que je sais, c'est que je veux simplement marcher avec toi. Et puis, il fait plutôt bon ce soir.. » Et il disait la vérité. En vrai, la balade était une petite excuse pour ne pas lui sauter dessus comme une ogre affamé. Un comme un loup en rûte qui retrouve sa compagne après des jours de chasses. « Puis, une balade en forêt c'est plutôt pas mal, du moment qu'on croise pas de sanglier ! » Il s'approcha du brun, posant sa main libre derrière sa nuque pour le rapprocher de lui. « On pourra se dégourdir les jambes aussi... une course, ou bien on continue de marcher. » Il admirait le cou rempli de suçons de Javier qu'il n'avait pas hésité à marquer plus tôt dans la voiture. Puis ses yeux. Même s'il n'avait du mal à les voir dans la pénombre de la nuit, il pouvait en apercevoir les scintillements du reflet de la demi-lune dans le ciel. A moins que sa mère s'était permise d'en décrocher les étoiles pour les placer dans les yeux de son fils. Dans tous les cas, Enrique aimait le regarder. « Au pire, il y a la chasse au Dahu, mais il existe pas. » disait-il pour plaisanter avant de tirer un peu plus le jeune homme contre lui, penchant légèrement sa propre tête sur le côté pour tout doucement frôler ses lèvres aux siennes pour le torturer un peu avant de reculer. « Ou bien une séance "amour et tendresse"... c'est à voir... » Il redressait un peu son visage, venant embrasser le front du latino, ne le lâchant pratiquement plus. Maintenant qu'il l'avait entre les pattes, il était difficile de reculer, et d'avancer. Mais bon. Ils vont y arriver. Il fallait bien qu'ils se dégourdissent un peu les jambes dans une promenade romantique au clair de la demi-lune...

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Sam 19 Mai - 21:00

Dios mio.. It's you..  Enrique. A cet instant, c’est simplement le seul mot qui me passe par la tête. Il se répète comme un échos. Enrique, Enrique, Enrique… Ca s’arrête pas.. Et ça me plait vraiment. On est sorti de la voiture et à pein il était en face de moi, je lui donnais de la tendresse parce que c’est tout à fait mon truc, donner de la tendresse au gens. A Enrique en fait, à personne d’autre que lui. J’embrasse sa main avant de le regarder le jeune homme. « Oui, ça va nous faire du bien.. » J’ai bien envie de marcher un peu, du moment que je peux lui tenir la main, tout pourra me convenir. Limite, je pourrais même me bouffer un coup de béquille dans la gueule, du moment qu’Enrique me tient la main, ça sera un vrai plaisir. « Je pense pas qu’on croisera ce genre d’animal ici. » Ca devrait aller, mais oui, j’en doute pas. J’allais me mettre à marcher. Mais Enrique ne semblait pas décidé à le faire. Il s’est mis à me regarder.. Et quand il me regardait de cette façon, je me sentais beau, vraiment, c’est un truc qui m’arrive jamais généralement, mais là.. Ca fait drôle comme sensation, mais c’est tellement agréable.. Je me dis même qu’avec lui, j’ai pas à avoir honte de quoi que ce soit, je peux me montre tel que je suis, il ne se moquera jamais de moi.. « Je suis pas convaincu d’être fait pour quelque chose comme la chasse. » Je lui ai dis avant de rire légèrement. Non, je serais plus tenté par de la marche, ou même une cours tiens, pourquoi pas après tout.. Quand il a frôlé mes lèvres des siennes, c’est comme une décharge électrique qui m’a traversé tout le corps.. C’était simplement.. Woah.. Puis, ces fourmillement dans mon ventre.. C’était juste tellement agréable. Il n’y avait que lui pour me faire quelque chose de pareil.. Quand il m’a embrassé le front, j’ai souri avant de glisser ma main sur sa joue.

J’ai déposé un baiser rapide sur ses lèvres avant de me détacher de lui. « T’aura droit à ta séance si t’arrive à m’attraper. » Je lui ai dit avant de me mettre à courir pour m’enfoncer dans la forêt, mais pas trop, je me suis vite arrêté pour ne pas me perdre. Je me suis adossé contre un arbre et j’ai regardé Enrique qui s'approchait. « Je vais pas trop courir, j’ai un très mauvais sens de l’orientation. » Je lui ai dit, j’ai fais un pas vers lui pour l’attraper par le col pour me coller contre lui et déposer mes lèvres sur les siennes. Je l’ai embrassé quelques secondes avant de passer mes bras autour de son corps pour simplement le câliner. J’ai déposé un petit bisous sur ses épaule et quand je me suis détaché de lui et j’ai pris l’une de ses mains. « Marchons un peu.. » J’avais envie qu’on marche un peu, qu’on puisse discuter un peu nous deux. « Est ce que tu veux qu’on soit.. Euh.. Tu sais, vraiment ensembles.. » Je sais pas trop comment je peux aborder le sujet avec lui en fait.. « Enfin quand on y pense, on a jamais vraiment rompu en fait.. » Peut être qu’il à pas eu le coeur de me larguer.. Moi personnellement, j’ai été incapable de le dire, je crois que pour le coup, j’ai préféré fait l’autruche, faire comme s’il n’allait simplement jamais partir. « Je sais pas trop comment je vais pouvoir le dire à ma famille.. Autant ma mère.. Ca passera, elle te connait, elle sera contente pour moi mais.. » Mon beau père, il va dire quoi ? Je sais de sources sûre qu’il est homophobe. Je l’ai entendu lui même insulter un couple gay qui passait à la télé en fait.. Ca y est. Je me sens stressé.. J’ai porté ma main jusqu’à mes lèvres et je me suis mis à me ronger les ongles. Comment j’allais pouvoir gérer une situation pareille moi ..? Je suis pas du tout fait pour ce genre de choses. « J’ai envie d’être avec toi mais j’ai peur que mon beau père ne veule pas me laisser faire.. » Non pas que ce soit à lui de choisir mais.. Je sais pas comment je vais gérer ça.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Sam 2 Juin - 14:38

Dios mio.. It's you..  C'était comme s'il n'y avait que Javier, pour Enrique, et peu importe l'endroit où il emmenait le jeune homme, il s'en fichait pas mal du lieu. Son regard était juste rivé vers le magnifique brun avec lequel il parlait. Il ne parlait pas à n'importe qui. Peut-être parce qu'il savait que le mexicain était assez ancré dans son coeur qu'il n'était pas impossible de voir un Javier miniature jouer du tam-tam sur son coeur au rythme de la chamade. C'était de cette façon qu'il battait ce soir-là. Depuis l'instant où le brun s'était installé en face de lui. Le monde est petit n'est-ce pas ? « Dans tout les cas je ne te laisserai pas chasser ! Je suis prêt à t'aveugler pour laisser un sanglier en vie ! » Il ria doucement en caressant la main du mexicain. « Je ne dis pas que j'irai jusqu'à te trouer les yeux, mais un bisou c'est déjà pas mal nan ? ».

Quand il eu un baisé de son amant, il allait pour y répondre sauf que, évidemment, celui-ci avait rapidement reculer pour commencer à courir. « Challenge relevé ! » avait-il dit avant de commencer à poursuivre le jeune homme dans la forêt. Evidemment, se souvenant de l'orientation du brun, le philippin savait qu'il allait finir par s'arrêter à un moment donné. Alors quand ce fut le cas, il lâcha : « Dis plutôt que tu voulais absolument que je t'attrape comme ça... » avant de déposer ses mains sur les hanches du jeune homme afin de l'attirer contre lui et déposer ses lèvres sur les siennes en même temps que lui. Parce qu'ils étaient connectés. Une connexion qu'il n'y avait qu'entre eux deux ! « Je te suis ! » avait-il répondu en serrant la main de Javier quand celui-ci avait placé sa main dans la sienne. Il commençait à marcher avec lui un peu dans cette forêt.

« Non, on a jamais rompu. C'est juste que tout a été tellement vite que je n'ai pas eu le temps de te donner mon numéro. » C'était la vérité, il n'avait pas eu le temps. Sinon, il aura eu contact avec lui durant ces deux dernières années, et il n'aurait pas pensé que celui-ci l'avait oublié depuis longtemps. Et comme un con, il était sur une application de rencontre. Quoi que, sans ça, il n'aurait peut-être pas remarqué sa présence et ils seraient passés à côté de l'un et de l'autre sans s'en rendre compte jusqu'au jour où ils auraient chacun un mari et qu'ils finissent par se rendre compte qu'ils se croisaient depuis longtemps sans le savoir ! Et ensuite, il y aurait eu des regrets, jusqu'à un rapprochement qui briserait leurs mariages. Enrique sortait de ses pensées quand Javier commençait à lui parler de ses parents. Il savait que la mère de Javier serait contente de revoir Enrique débarquer dans la vie de son fils, mais qu'en était-il du beau-père de ce dernier ? Surtout que, avant dans la voiture, Enrique avait bien comprit que rien n'allait avec le beau-père du jeune Sanchez. « Si c'est en rapport avec ton beau père, il n'a pas besoin de savoir. Il n'y a que ta mère qui compte. » disait-il en s'arrêtant dans leur petite balade. « S'il vous fait du mal, j'espère que tu m'en parlera. » Le ton de sa voix était devenue sérieuse. Parce que oui, il était sérieux sur ça ! « Tu sais que je serai prêt à vous aider, ta mère et toi ! ... et puis, ton beau-père n'a pas besoin d'être au courant ! »

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Dim 3 Juin - 6:18

Dios mio.. It's you..  Je passe un bon moment là. Honnêtement, depuis mon arrivée ici, je commençais à me dire que ça n’arriverais jamais, que jamais je ne pourrais sourire comme je le fais à l’instant. Sourire avec toute la sincérité du monde. Parce que je suis content d'être là, avec ce garçon si spécial. Il est un peu, le garçon de mon coeur je pense. « Me crève pas les yeux.. Sinon je pourrais plus te regarder.. » Et on va pas mentir, ça serait certainement le plus grand drame de ma vie.. Maintenant que c’est de nouveau possible, j’ai vraiment envie d’en profiter, le regarder sans m’arrêter. Même si pour ça je dois avoir mal parce que je cligne pas assez des yeux. Je veux juste profiter de cette vue dont j’ai été privé aussi longtemps.

Enfin, on s’est vite séparé le temps que je cours un peu, juste un peu par peur de me paumer. Et quand je me suis tourné vers lui et qu’il m’a attrapé pour me serrer contre lui. J’ai pas pu m’empêcher de sourire. Je me sentais si bien quand il me serrait contre son corps de cette façon. J’ai passé mes bras autour de son cou et j’ai relevé les yeux vers lui pour l’observer, un sourire sur les lèvres et j’ai simplement hoché la tête pour lui répondre. C’est ce que je voulais au fond, qu’il m’attrape après tout.
Je l’avais à peine retrouvé que je me retrouvais déjà accro à lui comme ça avait été le cas il y a deux ans. Et ça me convenait parfaitement. J’ai fermé les yeux au moment où ses lèvres si douces se sont posées sur les miennes et j’ai profité de cet échange le temps qu’il a duré avant de poser mes mains sur ses joues que j’ai caressé avec toute la tendresse du monde. Trop bon. C’est juste trop bon.

Enfin, même le simple fait de lui tenir la main quand je marche, c’est bon? Le moindre petit contact qu’on peut avoir, j’adore. « Tu vas l’avoir ce soir, t’en fais pas. » Cette fois, hors de question qu’on coupe le contact, surtout qu’il vit dans la même ville, alors on pourra se voir régulièrement, et j’espère qu’il va rester ici longtemps, que moi aussi.. Le fait de devoir supporter mon beau père ne me semble plus aussi difficile maintenant que je me dis que je vais pouvoir voir Enrique pour me récompenser. « Est ce que tu aimerais qu’on dise qu’on est ensembles..? » Je lui demande, l’air de rien, assez bas, timidement au possible quoi. Ca me faisait tout drôle de demander ça, mais j’en avais tellement envie.. Dire qu’il est mon chéri. On l’avait un peu sous entendu, mais je préférais avoir une confirmation. J’ai souri à Enrique, j’avais l’impression qu’il arrivait à trouver les mots qu’il fallait pour me rassurer.. J’avais besoin de l’entendre dire que mon beau père n’avait pas à le savoir. Mais par contre, l’entendre dire que je devais lui dire s’il me faisait du mal.. J’avoue que ça me faisait peur. Et je me sentais presque coupable de ne pas lui dire.. Je crois que c’est le genre de cachoterie qui pourrait me bouffer continuellement. J’suis trop honnête. Mais en même temps, j’avais peur de lui dire.. Et s’il décidait d’agir et qu’il lui arrivait quelque chose hein..? « Tu sais.. S’il me fait mal, c’est que je le mérite.. » J’ai fini par souffler. C’est le fond de ma pensée, c’est la pure vérité, il a commencé après que j’ai osé m’interposer. Avant, il ne m’avait jamais rien fait. Mais c’était pas le moment de penser à ça. « Mais c’est pas grave s’il me fait peur je préfère ça.. » J’ai fini par dire, assez vague, et c’est comme un frisson qui m’a parcouru quand j’ai dit ça. mais pas un frisons agréable genre comme quand Enrique pose sa main sur mon bras, plutôt tout l’inverse, genre, le frisson qui te glace le sang. « Tu sais que je suis incapable de te mentir.. Je peux pas te dire qu’il a jamais levé la main sur moi. » Enfin, plutôt la béquille, à croire qu’il me trouve trop sale pour me toucher avec ses mains..
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DEAR WRITINGS : 34
FIRST STEP IN : 08/05/2018
MIRROR : James Reid.
IDENTITY : greenie strawberry.
TWIN(S) : Siska E. Strawberry.
Golden Youth

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Mar 10 Juil - 11:50

Dios mio.. It's you..  Bien qu'il commençait à se faire tard, Enrique ne s'en rendait vraiment pas compte. Il était tellement dans la joie d'avoir retrouvé Javier. Autant les premières secondes il avait été surprit de la voir ici, dans ce bar... et... qu'ils se soient retrouver sans le savoir via une application. Le temps passait beaucoup trop vite, et il ne voyait même pas l'heure passer à courir après Javier dans la forêt avant de l'attraper alors que le mexicain s'était arrêté pour ne pas aller plus loin. Il était clair qu'Enrique voulait absolument le numéro du beau gosse en face de lui. Il avait oublié de le prendre deux ans plus tôt. Résultat ? Sans nouvelles depuis deux années, enchaînement de relations sans importances et de coups d'un soir.

S'il avait l'air rassurant envers Javier, il ne l'était pas pour lui-même. Enfin, le jour où quelqu'un arriverait à se rassurer soi-même, il lui faudrait vraiment une médaille parce que... techniquement, c'était compliqué pas vrai ? Beaucoup trop. C'était bien plus simple quand une personne vous rassurait, alors c'était ce que faisait Enrique envers à peu près tout le monde, y compris son Javier-retrouvé. « Oui Javier... Oui j'aimerai qu'on dise que l'on est ensemble... Que je puisse dire que tu es à moi. Que tu dises que je suis à toi.. » Il rougissait légèrement sur le coup. Evidemment, dans la nuit, on ne pouvait pas apercevoir ses joues qui changeaient soudainement de couleur. Il n'était pas très romantique à la base, mais quand il s'agissait du mexicain qu'il avait connu deux ans plus tôt, et qu'il n'a pas vu ni contacté ces deux dernières années, il l'était un peu. Un peu beaucoup. Un peu trop gaga de lui. Pour le sujet du beau père de Javier, Enrique ne préférait pas insister. Ils étaient là pour profiter et passer du bon temps avec certaines limites évidemment. Et il ne voulait pas plomber l'ambiance en osant continuer la discussion sur ce sujet là. Alors, bien sûr, ce fut sans crier garde qu'Enrique changea soudainement de sujet. « Dis moi, tu te souviens de notre première rencontre quand je suis venu en vacances au Mexique ? » demanda-t-il avec le sourire. Il était carrément partant pour ressasser leurs souvenirs communs. Et là encore, il ne regardait vraiment pas l'heure. Il était déjà minuit passé, mais peu importe.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com/t507-enrique-bip-me-and-i
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   Ven 13 Juil - 13:26

Dios mio.. It's you..  Je suis tellement content qu’il me dise qu’on peut. Que je peux dire qu’il est à moi.. C’est dingue quand même.. Là, d’un coup, c’est presque comme si on s’était jamais quitté, et je trouve ça magnifique. On est revenu à la ou on en était quand il arrivait à la fin de son séjour à Veracruz. Je m’en souviens comme si c’était hier, je m’étais senti tellement bien jusqu’à ce qu’il doive partir.. Après ça.. Je sais pas, c’était bizarre, mais c’était comme si une partie de moi était parti avec lui.. Genre.. Mon coeur. Il me l’avait pris et avait oublié de me le rendre avant de partir. Ce qui fait que malgré le fait que j’ai eu deux ou trois relations. Ca ne fallait rien. « Génial, je suis vraiment content. » Je finis par lui dire assez bas. C’est simple, je ne peux plus m’empêcher de sourire. Et tout ce que j’espère maintenant c’est qu’il n’arrivera rien et qu’on pourra vivre cette relation tranquillement. J’en ai tellement envie.. Que tout se passe bien.. Mais je me doute bien que ça ne sera pas aussi simple.. Rien qu’à cause de mon beau père.

Enfin, le sujet du dit beau père à vite été balayé. Et j’avoue que je ne savais pas trop comment le dire, je venais quand même de me confier à lui, mais il n’en a rien fait. Peut être que ça n’avait pas d’importance à ses yeux.. Ou alors, il ne voulait simplement pas me pousser à parler de ce que je voulais garder.. Je ne sais pas trop.. J’imagine que j'interprète assez mal les choses. Enfin, je l’ai regardé quand il m’a posé la question. Et je le suis contenté d’acquiescer dans un premier temps. « Oui, bien sûr. » Comment est ce que j’aurais pu oublier ça.. Rien que de revisualiser la scène, je me sens ridicule. « C’était à la plage. Je marchais avec un ami et ce crétin m’a poussé, je me suis emmêler les jambes et me suis rattrapé sur toi parce que tu passais à côté et je t’ai entraîné dans ma chute.. C’était vraiment très embarrassant. » Quand même.. Je me suis senti tellement ridicule.. Heureusement que sur le coup je ne lui ai pas fait mal ou qu’il ne s’est pas énervé.. « Je pense que le souvenir qui m’a le plus marqué, c’est notre premier baiser. » En même temps, c’était vraiment la première fois que j’embrassais quelqu’un, encore plus un garçon. Je m’étais senti tellement pas doué.. J’avais l’impression de faire n’importe quoi, si bien que j’avais juste laissé Enrique gérer. J’ai légèrement serré sa main dans la mienne, avant de pousser un soupir.. « Tu sais, j’en ai vraiment pas envie mais il va falloir que je rentre chez moi.. Demain de bosse alors.. » Je vais devoir me lever et si je rentre pas, je pense que je crèverais demain, quoi. « Mais tu aura mon numéro de téléphone, on pourra même se revoir au lycée si tu veux.. » Donc je pense que c’est pas dramatique que je doive rentrer chez moi maintenant.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..   

Revenir en haut Aller en bas
 
SANCASTRO ♦ Dios mio.. It's you..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite selection de dios interessants
» Les Voix Basques - Salve Rociera (Dios te salve Maria)
» Caisse de Transport / Dios et Maquettes
» L'Etrange revient.
» Figurines et dios 1er empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANATOMY OF A MURDER :: a walk in riverdale :: The pleasant North Side :: The King's Head-
Sauter vers: