Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Wait for me to come home. (JUGIN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
DEAR WRITINGS : 23
FIRST STEP IN : 16/05/2018
MIRROR : rob raco.
IDENTITY : mangue ou padfoot.
TWIN(S) : fp jones.
The Call Of Crimes

MessageSujet: Wait for me to come home. (JUGIN)   Dim 20 Mai - 20:54

Bienvenue à Riverdale, Joaquin De Santos. L'accueil chez les Southside Serpents a été plutôt froid. Sûrement est-ce parce qu'il a disparu durant plusieurs mois, mais il n'avait pas vraiment le choix. C'était un ordre de son leader, FP Jones. Et refuser les ordres, même lorsque ce dernier est en prison, serait idiot, car il sait que le grand brun le lui aurait fait regretter à sa sortie. Alors, il a passé quelques mois à voyager, dans des bus miteux, s'arrêtant parfois, dans une auberge, ou ailleurs. A dormir à la belle étoile. Une chance que l'hiver était terminé, après tout et qu'il ne fait pas si froid, la nuit. Mais une chose est sûre ; Joaquin est bien heureux d'être de retour chez lui, malgré le fait qu'il appréhende ses retrouvailles avec Jughead. Oh, évidemment, il sait qu'il a merdé. Il a couché avec Kevin Keller, le fils du shérif, alors qu'il sortait avec le prince des Serpents en cachette. En dehors du regard d'autrui. Il n'aurait pas dû. Mais le gamin l'énervait, à lui demander d'arrêter sa mission, à lui faire la gueule, avec ses sauts d'humeur à la con. Et un soir, après avoir bu quelques bières, le brun s'est laissé faire, s'est laissé tenter. Il n'aurait pas dû, car après ce jour là, Jughead a décidé qu'il ne devait plus l'approcher. Et quelques jours plus tard, FP s'est fait chopper. Joaquin se devait de partir, de fuir. Il ne pouvait pas expliquer cela à Jughead, ni même lui dire au revoir ; Jones avait bien trop peur de Blossom s'en prenne à son fils. Il savait que le pré-adulte avait aidé le leader des Serpents à cacher les preuves. Alors sa vie était menacée, et il ne voulait pas mettre en danger la seule personne qu'il a été capable d'aimer jusqu'à aujourd'hui.

Pour autant, voilà presque une semaine qu'il est de retour à Riverdale. Jughead est certainement au courant, puisque les nouvelles vont vite, dans cette si petite ville, mais le gamin n'est pas venu à sa rencontre pour des explications, et Joaquin a appris qu'il sortait avec cette gamine du Northside, une sainte ni touche, aussi blonde qu'énervante. Il la jalouse, sûrement un peu trop, et il a préféré éviter de se rendre chez Pop's pour souper, car il sait bien qu'il s'agit là d'un lieu prisé par les lycéens. « Fais chier, va flotter. » Qu'il balance soudainement en glissant une main nerveuse dans ses cheveux pour les tirer vers l'arrière, tandis que ses yeux azurs croisent un regard qu'il ne connaît que trop bien, pour l'avoir fixer, alors qu'il donnait de puissants coups de reins à leur possesseur. Jughead Jones. Enfin là, à quelques mètres de lui. Et seul. Le pré-adulte prend sur lui. Il ne doit pas fuir. Il ne doit pas aller s'enfermer chez lui comme un gosse. Il doit prendre ses responsabilités. « Jughead. » Lance-t-il simplement, d'une voix calme et douce, comme à son habitude, alors qu'il fait les quelques pas les séparant. Une claque. Un coup de poing. Un crachat. N'importe quoi pourrait lui arriver en pleine tronche, mais il est hors de question qu'il l'évite. « Est-ce qu'on peut parler ? Il va pleuvoir, j't'offre à boire dans un café ? S'il te plaît. » Ses lèvres bougent avec lenteur, alors que sa voix se fait plus douce que d'accoutumé. Il ne veut pas le voir mal réagir. Le repousser. Il se doit de lui donner des explications. Pourquoi il n'a pas répondu à ses premiers appels, quand FP a été envoyé en prison. Pourquoi il a ensuite laissé le répondeur s'enclencher aussitôt. Quel con. Il a même réussi à paumer son téléphone portable durant sa fuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DEAR WRITINGS : 221
FIRST STEP IN : 13/08/2017
MIRROR : cole sprouse.
IDENTITY : plumyts.
TWIN(S) : pandora.
INVENTORY : une chemise nouée autour de la taille, un sac en bandoulière contenant son ordinateur et quelques cours, un bonnet gris sur la tête, des bretelles qui tombent le long de ses cuisses, un peu d'argent dans ses poches, principalement du liquide, la veste en cuir des southside serpents sur le dos.
The Call Of Crimes

MessageSujet: Re: Wait for me to come home. (JUGIN)   Lun 21 Mai - 11:49

Il est crevé. Encore une journée pénible au lycée de Riverdale High. Cela ne fait que quelques jours qu'il est de retour dans ce bahut maudit, et voilà qu'il ne peut même pas porter la veste des Serpents dans ce lieu. Comme si c'était si dérangeant que cela. Les Bulldogs s'affichent bien partout, les Pussycats aussi. Mais eux, ils sont un gang, alors ça dérange ces pauvres riches du Northside. Sentant la colère monter en lui, encore et encore, Jughead essaie vainemen de la refouler, continuant à marcher jusqu'à chez lui. Il n'a pas prit sa moto, cette fois, car il a souhaité faire un détour. Passer auprès de la forêt, la route la plus tranquille et la moins fréquentée pour rejoindre Sunnyside Trailer Park. Parce qu'il a entendu dire, par Kevin Keller, que Joaquin était de retour en ville. Une honte. D'où est-ce qu'il daigne revenir dans le coin, après ce qu'il a fait ? Il a joué de lui, salement, et Jughead le déteste pour ce qu'il a fait. Il aurait du en parler à son père, il le sait. Ainsi, peut-être que Joaquin ne serait jamais revenu en ville, et Jughead aurait continué de faire des hauts et des bas avec Betty Cooper. Il l'a quittée, il y a presque trois semaines, maintenant. Quand elle a voulu faire l'initiation pour rejoindre les Serpents. La voir se dénuder, danser ainsi devant tout un tas d'hommes trop alcoolisés, ça l'a dégoûté. Il ne l'aurait pas cru comme ça.

Alors qu'il continue de marcher, rejoignant peu à peu le Southside, son sac en bandouillière autour de son torse, il le remarque. Le Serpent. Celui aux yeux si clair qu'on se perdrait dedans. Grognant simplement, il s'arrête, ses poings se serrant aussitôt lorsque la voix de Joaquin s'élève dans le calme de la route. « Va te faire foutre, Joaquin. Je ne veux pas te voir. » Il fronce les sourcils et le repousse sèchement, brutalement, s'en fichant bien de le blesser avant de reprendre sa marche, un peu plus rapide cette fois. Doucement, il glisse sa main dans la poche de sa veste, serrant entre ses doigts fins le cran d'arrêt qu'il détient toujours dans son blouson de cuir. Si Joaquin ne le laisse pas tranquille, il lui fera comprendre qu'on ne rigole pas, avec un Jones. Et qu'on ne le prend certainement pas pour un con, comme l'a fait le brun. Oh ça non, il est incapable de lui pardonner. Pas tout de suite, en tout cas.



oh, the storm is raging against us now, if you're afraid of falling, then don't look down. but we took the step, and we took the leap. and we'll take what comes.
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com
avatar
DEAR WRITINGS : 23
FIRST STEP IN : 16/05/2018
MIRROR : rob raco.
IDENTITY : mangue ou padfoot.
TWIN(S) : fp jones.
The Call Of Crimes

MessageSujet: Re: Wait for me to come home. (JUGIN)   Lun 21 Mai - 19:21

Avoir merdé, est une chose, mais savoir que l'on a tout fait foirer, dans une relation où tout était parfait, en est une autre. Et le simple fait de se dire que Jughead ne lui pardonnera jamais le blesser atrocement. Il n'est jamais tombé amoureux, il n'a jamais autant aimé quelqu'un. Et pourtant, il a tout foutu en l'air, le jour où il a osé coucher avec le fils du shérif Keller. Oh, bien évidemment, le beau brun aux yeux azurs sait qu'il le mérite. Que le lycéen aurait pu tout balancer à son père pour qu'il se fasse jeter des Southside Serpents et pourtant, il semblerait qu'il n'aie jamais rien dit. C'est une chance. Une chance pour lui de se rattraper, de prouver à Jughead qu'il n'est pas si mauvais pour lui et que plus jamais il n'osera toucher, ni même regarder quelqu'un d'autre que lui. Lui, qui n'a jamais eu de vrai famille, il se sentait bien, aux côtés du gamin, malgré les quatre années les séparant, malgré le caractère parfois trop mauvais du plus jeune. Il en est tombé amoureux. Littéralement, de ce petit con qui ne réagit parfois que de manière trop impulsive. Et quand il le voit, à quelques mètres de lui, dans la forêt de Riverdale, Joaquin sent son cœur louper un battement.

Il s'approche alors du gamin, se retient de tendre la main vers lui, s'arrêtant soudainement lorsque la voix grave du beau brun parvient à ses oreilles. Le fleuriste inspire silencieusement et secoue doucement de la tête. Hors de question de laisser tomber. Il se laissera même frapper, s'il le faut. Il est prêt à beaucoup de choses pour se rattraper, pour prouver qu'il n'est pas mauvais, qu'il peut le rendre heureux, qu'il ne fera plus de conneries. « Jughead, laisse-moi au moins t'expliquer, même si tu me détestes encore plus après, s'il te plaît. Je ne te toucherai pas. Ne te ferait pas de mal. Je veux juste parler. Entre hommes, et si tu veux me frapper, fais-le, mais laisse-moi te donner mes explications. » Joaquin tente, une seconde fois, il ne le lâchera pas de toute manière, sauf si le gamin s'approche de trop près de Sunnyside, car là, il le laissera tranquille, pour ne pas qu'FP Jones apprenne qu'il s'est tapé son gamin et qu'en plus de cela, il l'a trompé. Il est mineur, Jughead. Et lui, il sera majeur d'ici quelques mois. Leur relation n'est pas bonne, aux yeux d'autrui, mais Joaquin désire plus que tout au monde, sentir de nouveau les lèvres du gamin contre les siennes, l'entendre lui murmurer les trois mots qu'il s'était interdit de dire à quelqu'un, lui-même, il y a de cela des années.


† I realize the strength of my love for you, you that I may have lost and I blame myself for having destroyed the happiness that was ours.fuck, i fucking love you..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DEAR WRITINGS : 221
FIRST STEP IN : 13/08/2017
MIRROR : cole sprouse.
IDENTITY : plumyts.
TWIN(S) : pandora.
INVENTORY : une chemise nouée autour de la taille, un sac en bandoulière contenant son ordinateur et quelques cours, un bonnet gris sur la tête, des bretelles qui tombent le long de ses cuisses, un peu d'argent dans ses poches, principalement du liquide, la veste en cuir des southside serpents sur le dos.
The Call Of Crimes

MessageSujet: Re: Wait for me to come home. (JUGIN)   Mer 13 Juin - 19:36

Quelle idée, d'avoir décidé de couper par la forêt pour rentrer chez lui. Non mais franchement, il lui en arrive souvent, des idées à la con comme ça ? Visiblement, oui. Et c'est foutrement agacant. Serrant les dents, le brun observe celui qui l'a tant chamboulé, l'été dernier. Celui a qui il a offert sa première fois, dans tous les sens du terme. Il se pensait amoureux de Betty Cooper quand il était plus jeune, mais oh bordel, quand ses yeux ont croisé ceux de Joaquin, quand il a sentit pour la première fois ses lèvres sur les siennes, la, la il a vraiment sû ce que c'était que de tomber amoureux, que de se noyer dans un amour impossible. Parce que Joaquin est plus âgé que lui. Et parce qu'il était en mission, pour le compte de son père. Mais maintenant que Jughead est lui aussi un Southside Serpents, maintenant qu'il a laissé son côté sombre le grignoter peu à peu, jusqu'à ne savoir garder qu'une trace d'amour pour son paternel et ses quelques amis, il sait que plus jamais on ne l'y reprendra de la manière dont l'a fait Joaquin. Il ne cèdera plus jamais son cœur à quelqu'un, et c'est bien pour cela qu'il a rompu avec Betty.

Certes, c'était aussi parce que sa danse l'avait révulsé. Elle ne fait pas parti de son monde et n'a rien à faire chez les Serpents. Alors, il a prit ses distances avec la jolie blonde, et le voilà face à son premier amour. Bordel de merde. Foutu karma. « M'expliquer quoi, Joaquin ? A quel point c'était bon, de te taper Kevin ? Oh, t'inquiète pas, j'ai déjà eu tous les détails sur votre fabuleuse nuit à deux, à quel point il était heureux que tu ais accepté de partager ça avec lui. Tous les détails que je ne voulais pas entendre. Ou bien, tu veux peut-être me dire que tu es désolé d'être parti sans nouvelles ? Désolé, ça non plus, j'en ai plus rien à foutre. J'avais besoin de toi, et t'es parti. Fin de l'histoire. Retourne d'où tu viens, t'es plus le bienvenue chez les Serpents. » Oh ça non alors. Il ne veut pas le revoir mettre un pied au bar, sinon, il s'occupera de son cas lui-même. Serrant les dents, le brun au bonnet enfourne ses mains dans la veste de cuir, lâchant un instant le cran d'arrêt pour reprendre sa marche dans le sens inverse, essayant de s'éloigner de Joaquin, de faire taire son cœur pour mieux écouter sa raison.



oh, the storm is raging against us now, if you're afraid of falling, then don't look down. but we took the step, and we took the leap. and we'll take what comes.
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com
avatar
DEAR WRITINGS : 23
FIRST STEP IN : 16/05/2018
MIRROR : rob raco.
IDENTITY : mangue ou padfoot.
TWIN(S) : fp jones.
The Call Of Crimes

MessageSujet: Re: Wait for me to come home. (JUGIN)   Mer 13 Juin - 20:04

Sortir. Prendre l'air. Affronter ses démons. Ce sont des choses bien difficiles, lorsque le courage a pris ses jambes à son cou, pour s'enfuir si loin qu'il est impossible à retrouver. Les jours heureux sont partis, loin désormais, et semblent ne plus vouloir revenir, dans la vie du jeune Southside Serpents. Il s'était accroché. Bêtement. Naïvement. A ce gamin, au fils de son chef de gang. Parce que Jughead était doux et parfois très innocent, bien qu'il avait aussi sa part d'ombre, quand ils ont commencé à sortir ensemble, en cachette. Et même encore aujourd'hui, Joaquin est attaché au beau brun. Plus qu'il ne le voudrait. Il est incapable de passer à autre chose. Si bien que durant les derniers mois, il n'a touché personne, ni même ne s'est laissé toucher par qui que ce soit. Et les mots qui viennent s'entrechoquer à son esprit le blessent atrocement. Il a tout fait pour protéger les Jones, quitte à se mettre en danger, lui-même. Par loyauté pour FP, par amour pour Jughead. Et s'il fallait recommencer, alors, il le referait. Clairement. Jamais ô grand jamais il ne les laissera courir un risque plus grand que nature. Parce qu'FP est ce père qu'il n'a jamais eu. Parce que Jughead est … la seule et unique personne pour laquelle il est capable de ressentir toutes ces émotions qui lui tiraillent les tripes jusqu'à lui donner envie de gerber pour un rien.

« J'ai merdé ! Jughead ! Je sais que j'ai merdé. En beauté. Comme le roi des cons, avec un grand R ! J'suis pas désolé d'être parti sans nouvelles, j'avais pas le choix. T'aurais été en danger. Et j'ai paumé mon téléphone portable. J't'en prie, écoute-moi. » Le beau brun tente, assez inquiet, les mains tremblantes. Il ne veut pas le perdre pour toujours. Il a passé trop longtemps tout seul, en dehors de Riverdale. Et la solitude, ça ne lui réussit pas vraiment, faut l'avouer. Plus le bienvenue chez les Serpents ? Il pourrait en crever. Littéralement. C'est sa famille. Il n'a qu'eux. Sans eux, il n'est rien. Sans eux, il ferait sûrement parti des Ghulies, ou alors, il serait déjà mort, au taule, ou encore, en train de se prostituer, là, quelque part. Alors, Joaquin se reprend. Il gardera son calme, comme toujours ; c'est dans sa nature, mais il ne compte pas laisser Jughead le fuir de la sorte. Ses doigts viennent entourer le bras du beau brun, alors qu'il le tourne de nouveau vers lui, avec douceur, mais fermeté. « Jughead s'il te plaît, ça t'coûte rien de m'écouter t'expliquer. Tu pourras m'casser la gueule après si l'coeur t'en dit, mais je veux que tu m'écoutes. » Il plonge son regard dans le sien ; un regard attristé, inquiet, alors que ses pupilles bleutés semblent se voiler légèrement. Il n'a pas conscience que Jughead porte une arme sur lui et quand bien même le saurait-il, Joaquin n'en aurait que faire. Il est là pour s'expliquer, s'excuser.


† I realize the strength of my love for you, you that I may have lost and I blame myself for having destroyed the happiness that was ours.fuck, i fucking love you..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DEAR WRITINGS : 221
FIRST STEP IN : 13/08/2017
MIRROR : cole sprouse.
IDENTITY : plumyts.
TWIN(S) : pandora.
INVENTORY : une chemise nouée autour de la taille, un sac en bandoulière contenant son ordinateur et quelques cours, un bonnet gris sur la tête, des bretelles qui tombent le long de ses cuisses, un peu d'argent dans ses poches, principalement du liquide, la veste en cuir des southside serpents sur le dos.
The Call Of Crimes

MessageSujet: Re: Wait for me to come home. (JUGIN)   Ven 6 Juil - 14:13

Oh oui, il a merdé. Ca c'est même certain, et bien malgré lui, un sourire narquois lui étire les lèvres, dans un espèce de rictus un peu mauvais. Parce que c'est ce qu'il est, maintenant. Joaquin l'a détruit. Martelé son cœur déjà en miettes. Il l'a abandonné, comme l'a fait sa mère avant lui. Il n'est sûrement bon qu'à ça, servir de divertissement à certaines personnes avant d'être oublié, comme une vieille chaussette dont on ne retrouverait pas l'autre moitié. « J'ai pas envie de t'écouter, j'en ai rien a foutre. J'connais l'histoire, ce que t'as fais, et j'ai pas besoin de l'entendre de ta bouche. Les menteurs et les infidèles, j'en veux pas dans ma vie. Dégage, maintenant. » Il ne comprend pas son acharnement. Qu'est ce qu'il souhaite lui dire de plus ? Oh, sûrement qu'il avait trop bu, qu'il l'a confondu avec Kévin et paf, ça fait des chocapics, hm ? Idiot. Il ne pourra pas lui pardonner la tromperie. Alors, il s'éloigne, lui tournant le dos pour continuer de se rapprocher de Sunnyside, rentrer chez lui. Se mettre sous la couette, et ne plus jamais en sortir, sombrer encore une fois. Dans ses mauvais souvenirs, dans la folie qui lui ronge le cerveau peu à peu.

Car il est fou, oh ça oui. Fou d'avoir accordé sa confiance, son cœur, à un homme qui ne les méritait pas. Fou d'avoir voulu retenter les choses avec sa meilleure amie, et de lui avoir briser le cœur à son tour. Il n'est pas enclin aux relations sociales, il le savait pourtant. Il aurait du rester dans sa bulle, dans son cocon. Ne laisser personne y entrer et s'enterrer six pieds sous terre. Ne se consacrer qu'aux Serpents, comme l'a fait son père Jadis. Une main lui entoure le bras, le force à se retourner. Sa main sort de sa poche sous l'effet, tenant toujours aussi fermement le canif. Il fronce les sourcils, gardant l'arme dans sa main pour autant. « Bien sur que si, ça me coûte ! Je ne veux pas t'entendre pleurnicher que tu es désolé, que tu regrettes, ou je ne sais qu'elles foutaises encore. Je ne veux pas t'écouter. Je connais l'histoire, sous toutes ses formes. Que tu travaillais pour mon père, que t'étais bourré, qu'il t'a demandé de partir. J'le sais, tout ça. Il m'a déjà tout dis. J'ai pas besoin d'entendre ta version. Je veux que tu dégages de ma vie. Part comme si tu n'étais jamais revenu, avant que je ne t'éclate la gueule contre un arbre. Parce que tu ne mérites que ça, DeSantos. T'avais paumé ton téléphone ? Très bien. Les lettres, ça existe. T'avais milles manières de me montrer que t'étais encore là. Que tu m'abandonnais pas au moment où j'avais besoin de toi. Maintenant le mal est fait, c'est trop tard. »



oh, the storm is raging against us now, if you're afraid of falling, then don't look down. but we took the step, and we took the leap. and we'll take what comes.
FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beforethethunder.forumactif.com
avatar
DEAR WRITINGS : 23
FIRST STEP IN : 16/05/2018
MIRROR : rob raco.
IDENTITY : mangue ou padfoot.
TWIN(S) : fp jones.
The Call Of Crimes

MessageSujet: Re: Wait for me to come home. (JUGIN)   Sam 7 Juil - 13:20

Le cœur au bord du gouffre, l'acide au bord des lèvres, le ventre noué, le plus âgé fixe son ex petit ami, légèrement paniqué. Il n'a pas envie de le perdre. Pas à tout jamais. S'il considère FP Jones comme son mentor, il doit avouer qu'il considère le fils de ce dernier, comme étant son âme sœur, en quelques sortes. Il a besoin de lui. Malgré son infidélité, Joaquin était sincère et il l'est toujours autant. Dégager ? Il en est incapable. Le laisser partir ? Cela non plus. Et ce serait d'autant plus douloureux de le voir avec quelqu'un d'autre. La vie nous fait parfois faire des choix que l'on ne comprend pas. Et l'on se rend compte, d'à quel point nous avons été idiots, qu'au moment où la personne tant aimée, ne nous appartient plus. Et le beau brun aux yeux bleus azurs sait ô combien il est difficile d'imaginer sa moitié dans les bras de quelqu'un d'autre, mais il sait aussi que ce sera de sa faute. Parce qu'il n'aurait jamais dû le laisser partir, ni même le blesser autant.

Alors, il le rattrape. Dans un geste désespéré. Jughead pourrait le frapper, l'insulter, qu'il ne réagirait pas. Se défendre ne vaut pas le coup, il sait qu'il va devoir être plus intelligent que cela. Plus doux. Plus compréhensif. Le plus jeune se tourne vers lui, quand il le tire un peu, et Joaquin remarque le canif qu'il tient entre ses doigts quand sa main sort légèrement de sa poche. Il ne dit rien pour autant. Il n'a peur de rien, De Santos. Ou presque. La peur de l'abandon n'est pas contrôlable chez lui, après tout ce qu'il s'est passé, dans sa vie de famille, quand il n'était encore qu'un gamin. Il l'écoute. Lui cracher au visage des paroles blessantes. Lui dire qu'il le protégeait simplement ? Il ne pouvait pas le contacter, c'était les ordres. Il ne pouvait contacter personne à Riverdale. Sûrement est-il un peu trop loyal aux serpents. Sûrement a-t-il été idiot, de penser que Jughead comprendrait de lui-même, qu'il finirait pas se calmer.

« Qu'attends-tu, alors ? Pour m'éclater la tête. Ou me planter avec ce que tu tiens si fermement entre tes doigts tremblants. Je n'avais pas le droit de te contacter. Ni de contacter personne ici. Si Blossom avait intercepté une quelconque lettre, t'aurais été dans la merde. » Il soupire longuement, tenant toujours entre ses doigts, le bras du beau brun qui fait tant battre son cœur. « J'te demande pas la lune. J'te demande pas de sortir de nouveau avec moi. Pas aussi rapidement. Permet-moi juste de te prouver que j'suis pas celui que j't'ai montré quand … J'ai merdé. Je t'aime Jughead. J'ai jamais été aussi sincère avec personne. J't'ai pas abandonné. Je t'aime. » Il renchérit, l'ayant attiré contre lui sur ses deux derniers mots, pour le serrer contre son torse, en fermant les yeux. Il flippe un peu, c'est vrai. Il ne sait pas jusqu'où Jughead peut aller, quand il est vraiment blessé. Mais il est prêt à prendre le risque. Pour le récupérer. Tôt ou tard. Cela viendra. Il lui pardonnera.


† I realize the strength of my love for you, you that I may have lost and I blame myself for having destroyed the happiness that was ours.fuck, i fucking love you..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Wait for me to come home. (JUGIN)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wait for me to come home. (JUGIN)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANATOMY OF A MURDER :: a walk in riverdale :: around our sweet city-
Sauter vers: